Loading
adopter des poules quand on est vegan

TOUT sur l’adoption des poules quand on est vegan/antispéciste

Hello les végens,

Pour les personnes qui me suivent depuis des années, vous devez vous rappeler de cet article “adopter des poules tout en étant végane“, je reviens aujourd’hui 3 ans après pour vous parler de ce sujet en vidéo et je complète avec tout ce que j’ai pu apprendre sur les conditions de vie nécessaires et les soins. J’ai préféré consacrer un article à cette partie pour qu’il soit vraiment complet afin d’aider les personnes intéressées par l’adoption.

Dans la vidéo je vous parle de mon histoire avec les poules, leur vie et les préjugés, des 5 conditions requises avant d’adopter des poules, des façons d’adopter et de la question des œufs !

Les conditions de vie nécessaires (espace, abris, nourriture…)

Maintenant que vous avez pris la décision d’adopter, qu’est-ce que vous faites ?

Premièrement, sachez que les poules sont des animaux grégaires, c’est-à-dire qu’elles ont besoin de vivre en groupe. Donc adoptez minimum 2 poules.

Si vos poules viennent d’élevages intensifs elles n’ont jamais vu la lumière du jour, jamais gratté le sol, jamais mangé autre chose que du grain et elles n’avaient que l’espace d’une feuille A4 pour se mouvoir. Dans ce cas, une phase de transition est souvent nécessaire pour vos nouvelles protégées. Elles vont sortir dans un état très déplorable : la crête blanche, les griffes longues et un manque de plumes (tout simplement parce qu’à trop être les unes sur les autres elles se piquaient entre elles). Et même si leur bec a été épointé au laser lorsqu’elles étaient poussin alors que c’est un organe très sensible, et bien les plus fragiles peuvent être très déplumées.

Durant une semaine, je conseille de limiter les espaces à l’extérieur et de les garder sous surveillance dans un abri tempéré. Nous avons un local à tondeuse de 6 m2 qui est recouvert de paille. Elles ont commencé par vivre là-dedans quelques jours car elles étaient très paniquées. D’elles-mêmes, elles n’osaient pas sortir. Par la suite, les sorties extérieures se sont faites de plus en plus fréquentes et on a agrandit l’enclos petit à petit. Aujourd’hui, après 1 mois chez nous, les nouvelles se portent mieux et elles ont vite retrouvé leurs réflexes naturels. Elles courent, grattent le sol et picorent. Contrairement à des animaux comme les lapins, les poules ne peuvent pas vivre en appartement. Par contre, elles aiment bien vous suivre dans votre intérieur surtout si vous leur préparer un petit truc à manger !

Après cette phase de transition, Pour l’espace extérieur le minimum est de 10 m2 par poule. Après si c’est un espace clos et que vous n’avez pas l’intention de les faire gambader dans tout votre jardin, je vous suggère d’être plus généreux.se. Nous, elles ont 20 m2 chacune maintenant que Kévin est partie mais sinon 15 mpar poule, c’est déjà génial. C’est aussi important de leur laisser assez grand pour qu’elles puissent picorer de l’herbe. Bon à force il y a des chances pour que l’herbe disparaisse mais dans ces cas tant que vous leur donnez de la verdure/des épluchures il n’y a pas de soucis.

Très important aussi : il faut qu’elles aient des coins d’ombre pour toute la journée ! Il faut savoir que les poules supportent mieux le froid que les températures élevées. Alors l’été, elles peuvent souffrir de la chaleur (dans ce cas elles ont les ailes écartées, la respiration qui s’accélère et le bec ouvert). Mais pas de panique avec des zones d’ombre et de l’eau propre en permanence, tout devrait bien se passer. En cas de canicule, n’hésitez pas à arroser leur parcours qu’elles aient + de fraîcheur.

Pour le type de clôture, nous avons de la bruyère autour du terrain et un filet léger à l’intérieur de notre jardin. L’avantage du filet c’est qu’il n’est pas cher, qu’on peut le poser facilement et comme les poules n’ont pas la force des chèvres ou des cochons, c’est suffisant comme résistance. C’est mieux d’avoir une structure solide autour de votre terrain pour éviter les prédateurs comme les renards. Nous n’avons jamais eu de soucis avec des prédateurs, l’important c’est surtout de bien rentrer les poules dans leur poulailler à la tombée de la nuit.

Photo sous licence Envato Elements – Ne pas dupliquer

Maintenant que nous avons parlé de l’extérieur, on va parler du poulailler. Vous pouvez le faire vous-même ou l’acheter tout fait. Nous avons acheté le nôtre sur le net chez Poulailler direct. Prenez un poulailler avec un bois de bonne qualité pour ne pas le changer tous les ans (généralement, en jardinerie la qualité n’est pas au rendez-vous) et parce qu’il ne faut pas d’humidité dans le poulailler. Les poules détestent ça. Pensez à huiler l’extérieur et l’intérieur une fois par an avec de l’huile de lin.

Prenez plus grand que nécessaire mais sachez que, la nuit, les poules ont tendance à se coller les unes sur les autres. Dans tous les cas, c’est important qu’elles aient des perchoirs et un espace pondoir. Il faut que le nettoyage puisse être facilité avec un tiroir à déjections et surtout que le poulailler soit sécurisé pour éviter les accidents de prédateurs la nuit. Pour cela, je vous conseille de fermer le soir et d’ouvrir le matin le poulailler à heure fixe selon les saisons pour créer une routine. L’été par exemple, on peut fermer à 22 h et ouvrir à 7h. L’hiver les poules rentrent plus tôt vers 18-19 h. Pour que ce ne soit pas trop contraignant et que vous puissiez partir en soirée ou dormir jusqu’à 9 h le weekend, je vous conseille d’investir dans un Chicken Guard qui est un portier automatique qui peut fonctionner soit grâce à la luminosité soit par minuterie. Ça change la vie ! Nous l’avons depuis bien 2 ans et demi maintenant et nous n’avons jamais eu de soucis. Regardez quand même les premiers temps si vos poules rentrent bien avant que le portail se ferme mais généralement les poules sont rentrées bien avant dedans.

Pour l’entretien du poulailler, c’est bien de changer la paille une fois par semaine. Je vous conseille d’ailleurs d’avoir un compost ou un potager pour y déposer la paille souillée. Vous pouvez aussi mettre du papier journal sous la paille pour faciliter le nettoyage. Toutes les 2 semaines, on utilise un désinfectant à diluer dans l’eau très utilisé pour l’habitacle des animaux. C’est le Cresyl qu’on trouve en magasin de bricolage ou chez Intermarché. Si vous avez d’autres produits plus bio à me conseiller, n’hésitez pas à me le dire en commentaires. Avant on mettait du vinaigre mais comme on psychote des maladies, on a choisi l’artillerie lourde. Pensez aussi à saupoudrez 1 fois par mois de la terre de diatomée dans votre poulailler. C’est une poudre naturelle qui éloigne les insectes. Et en prévention, vous pouvez aussi badigeonner de l’huile de cade vraie sur les perchoirs 2 fois par mois pour éloigner les poux rouges, puces, parasites et champignons.

Pour la nourriture, je prends un mélange de graines concassées spéciales basse-cour qu’on trouve en jardinerie. C’est plus simple pour elles de les prendre concassés que entières et de cette façon elles trient moins aussi. Évitez les granulés, privilégiez toujours les aliments bruts. Chaque poule a besoin de 130 g de grains par jour. Je ne pèse pas mais je sais à vue d’œil ce que cela représente et maintenant j’évite de trop en laisser dehors car cela attire les oiseaux et les souris. Les poules sont omnivores mais elles se débrouillent très bien toutes seules avec leur espace pour gratter le sol, manger des vers, limaces, insectes et même des serpents. Elles avalent aussi des petits cailloux qui leur permette de broyer les aliments dans leur gésier. Pour la nourriture ménagère, ne prenez pas non plus vos poules pour un compost vivant ! Elles ne mangeront pas les peaux d’oignons, d’agrumes, de pommes de terres crues, de bananes, d’avocat… Elles ne vont pas manger ce que vous ne mangez pas, en gros. Évitez aussi les aliments trop transformés, trop salés et trop sucrés. Préférez du riz nature, des légumes crus ou cuits, des légumineuses, etc. Pensez aussi à disposer les graines dans une mangeoire pour éviter que ça se mélange trop aux fientes du sol et faites plusieurs tas car les dominantes ont tendance à monopoliser la mangeoire. Elles mangent principalement le matin et avant d’aller se coucher.

Pour l’eau, j’utilise des bassines. Vous pouvez la changer tous les jours ou tous les deux jours selon la température et sa propreté. En été, faites attention à ce qu’elle reste fraîche. Vous pouvez leur mettre aussi plusieurs abreuvoirs selon la taille de votre petite famille.

N’hésitez pas à enrichir leur environnement avec des minis serres pour qu’elles se protègent du vent, des petits réhausseurs comme des palettes pour sauter dessus, une feuille de choux accrochée à l’aide d’une ficelle pour les occuper un peu. Mais elles se débrouillent quand même très bien seules la journée ne vous inquiétez pas.

En cas d’absence ? Grâce au chicken guard vous pouvez sortir le soir tranquillement. Nous arrivons aussi à les laisser un weekend sans surveillance en mettant de l’eau et de la nourriture à profusion. Au-delà, il vous faudra demander à un.e proche de venir les nourrir/surveiller. Je déconseille cependant de les laisser seules un weekend au début de l’adoption. Il vous faudra les surveiller soigneusement pour vérifier que tout se passe bien.

Photo sous licence Envato Elements – Ne pas dupliquer

Prendre soin de ses poules

Sachez que les poules qui viennent d’élevages intensifs ont un système immunitaire très faible. Le problème c’est que comme elles n’ont jamais gratté le sol lorsqu’elles étaient poussin, elles n’ont pas pu être exposées aux maladies qui se propagent dans l’air et elles vont avoir beaucoup de mal à résister aux virus et bactéries.

Les poules peuvent attraper plusieurs maladies : coccidiose, parasites internes ou externes, maladie de Newcastle, de Marek, le coryza, la gale… Je vous mets le lien ici d’un article qui détaille les principales maladies.

En adoptant, vous risquez de connaître ce sentiment : celui de toujours avoir l’impression de mal faire. Pourtant si vous avez appliqué les conditions de vie nécessaires et que vous nettoyez bien votre poulailler, vous n’avez pas à culpabiliser. Les nôtres sont quasiment toutes mortes de coccidiose malgré des antibiotiques adaptés. Notre vétérinaire nous a dit que c’était une maladie présente de partout et que simplement les laisser gambader à l’extérieur présente un risque pour elles. Une poule a normalement une espérance de vie de 10 à 12 ans.

La terre de diatomée, que je vous ai présentée plus tôt en la saupoudrant dans le poulailler, peut aussi se mettre sur les poules en prévention et en traitement des poux rouges (en évitant les yeux). Elles aiment aussi y faire leur bain de terre dedans.

Aussi, l’huile de cade vraie qu’on met sur les perchoirs peut se badigeonner sur les pattes s’il y a un problème de gale ou sur les plaies pour la gale des plumes.

Si vous venez de récupérer vos poules, faites-leur un bain de terre de diatomée et si elles ont des plaies, badigeonnez dessus de l’huile de cade vraie pour ses propriétés fongicides et cicatrisantes.

Après quelques jours, donnez-leur du vermifuge et des vitamines dans l’eau. Le vermifuge est à donner 2 fois dans l’année en prévention. Je prends le mien chez le vétérinaire, il agit aussi sur la coccidiose (Si vous consommez les œufs, cette solution implique de ne pas les manger pendant 1 mois). Il y a aussi les solutions naturelles de la terre de diatomée de qualité alimentaire et non calcinée, le vinaigre dans l’eau et de l’ail frais dans l’alimentation mais j’ai un peu moins confiance pour ces solutions vu l’état des poules. Cependant, ces deux aliments ne font pas de mal et peuvent être intégrés dans leur alimentation régulièrement.

Comme elles n’ont jamais gratté la terre et que leurs ongles peuvent être très longs, il est conseillé de les raccourcir car elles peuvent se blesser en grattant. Nous ne l’avons pas encore fait car elles sont encore assez craintives.

Enfin, les poules peuvent être très câlines. Soyez calme, doux.ce et tout devrait bien se passer. Allez-y doucement en approchant votre main sur leur dos et si elles fuient c’est qu’elles ne veulent pas, sinon caressez-les et tentez de les prendre dans vos bras petit à petit. Ne les forcez pas, sauf, malheureusement, si vous devez leur administrer des soins.

Photo sous licence Envato Elements – Ne pas dupliquer

Si vous avez déjà des poules chez vous et que vous désirez en adopter de nouvelles, je vous mets le lien d’un article qui m’a beaucoup aidé. Les poules peuvent être très violentes avec les nouvelles arrivantes alors il faut prendre quelques précautions. Nous n’avons pas eu ce cas mais nos 4 poules adoptées en même temps se piquaient beaucoup. Et surtout, les 3 poules s’en sont prises à la plus faible Dobby. Elle est isolée pour le moment car les 3 autres commençaient à la picorer… Nous avons acheté un spray désinfectant bleu chez le vétérinaire et un spray répulsif sur le net pour quand la poule sera en état de réintégrer le cheptel.

Ajoutez des distractions supplémentaires, objet sur lequel elles peuvent grimper, accrochez un peu de chou à une ficelle, placez de vieux pneus avec de la terre de diatomée dedans pour les bains. Vérifiez aussi qu’elles n’ont pas de parasites et ajoutez des vitamines dans l’eau les premiers temps.

Elles ont manqué de nourriture. Je suis très généreuse en graines, en céréales, en œufs cuits et en verdure. De plus, je leur donne à différents endroits pour qu’elles ne se battent pas.

_

J’espère vous avoir donné toutes les clefs pour bien vous occuper de vos poules. Adopter est parfois stressant surtout au début avec les premières arrivantes, mais une fois que tout est rentré dans l’ordre, les poules sont calmes et vous serez heureux.ses de leur faire découvrir de belles conditions de vie.

4 comments

  1. Coucou,
    Merci beaucoup pour cet article et pour la vidéo. J’aimerais adopter des poules mais il faut d’abord que je leur installe un coin sympa. Heureusement que j’ai visionné ta vidéo car j’habite à St Etienne le Molard et j’aurais été tentée de répondre à une offre du magasin Biocoop de Montbrison qui proposait d’acheter des poules (4 €) provenant de l’élevage de leur fournisseur d’oeufs bio. Je pensais bien agir en sauvant ces poules de l’abattoir, mais je viens de comprendre que ce n’était pas la bonne chose à faire ! Puisque nous habitons le même département, peux-u me dire vers quoi me tourner quand j’aurai un poulailler correct ?
    Je me permets également de te poser une question : j’ai vu que tu avais fait un stage de cueillette de plantes sauvages comestibles, l’as-tu fait dans la Loire ? J’aimerais bien apprendre à les reconnaître et c’est plus facile de visu que sur un livre ou une vidéo ! Merci pour tout ce que tu es.
    Bisous.
    Marie-Noëlle

    1. Hello Marie-Noëlle,

      Je suis vraiment contente d’avoir pu te renseigner pour l’adoption des poules. 4 euros la poule provenant d’élevage , c’est si courant maintenant. Pour l’adoption dans mon département je t’envoie un mail pour t’expliquer tout ça :).

      Oui tout à fait c’était à la Caravane des cueilleurs à Chandon. Tu as raison c’est bien plus simple de faire un stage et moins risqué, c’est ce que je recommande.

      Bisous,

      Je t’envoie le mail

    1. Merci pour ton message. C’est Capizol solution orale du labo Virbac. Si tu demandes à ton cabinet de vétérinaire, iels en ont. Par contre, iels vont te dire que normalement ça ne se donne pas aux particuliers qui mangent les œufs donc tu peux leur dire que tu ne les mange pas ou si tu les mange, faut bien attendre 1 mois avant de les consommer ou de les donner aux poules.

Laisser un commentaire