Loading
Adopter des poules tout en étant végane

Adopter des poules tout en étant végane

Hello les ami.e.s,

On se retrouve aujourd’hui pour parler des poules, ces petits gallinacés adorables ♡.

Vous m’aviez posé pas mal de questions lorsque j’en ai adoptées alors je me suis dit qu’un article n’était pas de trop pour faire le tour de vos interrogations. J’ai eu de la peine à trouver des informations fiables qui ne considèrent pas les poules comme des ressources. C’est affolant le nombre de discussions que l’on peut trouver sur le net à base de “ma poule ne pond plus, je ne sais plus quoi faire. Dois-je attendre pour la tuer ?”…

Ici n’ayez crainte, vous n’aurez pas de discours de ce style. Nous allons enfin considérer les poules comme des individus complexes qui ont le droit de vivre sans être exploités.

oeuf poules vegan végane

I. Comment adopter des poules ?

Tout d’abord, je vous conseille de fuir les magasins de bricolage qui vendent des poussins ou poules pondeuses. Acheter une poule dans ce système revient à le cautionner alors que les animaux ne sont pas des marchandises et je n’ose pas trop imaginer ce qui arrive aux poules ou poussins qui ne sont pas adoptés…

Pour bien faire, je vous conseille de vous adresser directement à des associations mais il est parfois rare d’en avoir qui recueillent des poules proche de chez soi.

Vous avez aussi la possibilité d’en récupérer auprès d’éleveur.se.s. Tous les 18 mois environ, les élevages sont vidés et des poules sont envoyées à l’abattoir. Cependant, vous pouvez trouver des annonces, sur internet ou dans des journaux locaux, d’élevages qui proposent des poules à l’adoption. Pour ne pas cautionner ce système je vous conseille de toujours proposer d’adopter les poules sans contrepartie d’argent. Ou alors vous pouvez, comme je l’ai fait, attendre que l’élevage soit en liquidation judiciaire pour adopter des poules car les quelques euros donnés ne serviront jamais à exploiter d’autres poules ou à gazer des poussins mâles. Veillez à ne pas donner plus de 2 euros et quelques étant donné que les éleveur.se.s les vendent pour quelques centimes seulement à l’abattoir.

Mes poules proviennent de l’élevage du Gaec du Perrat où la fermeture a été ordonnée par la préfecture de l’Ain suite aux vidéos de L214. Si vous avez le cœur bien accroché, vous pouvez visionner cette vidéo pour vous rendre compte du calvaire vécu par ces poules.

II. Prendre soin de ses poules

Il va sans dire qu’après les avoir sorties de l’enfer il est nécessaire de leur faire découvrir le confort de l’espace. Il faut compter au moins 4 à 5 m² par poule. Chez nous, elles ont 17 m² mais après avoir tout bien clôturé nous les laisserons gambader plusieurs heures par jour dans presque 1 500 m² (pour trois poules c’est pas mal ^^).

Aménagez leur un bel espace avec de l’herbe (même si à force l’herbe aura surement disparue) où elles peuvent bénéficier d’un coin d’ombre. Il faudra prévoir aussi un poulailler. Les poulaillers vendus dans le commerce sont un peu petits alors vous pouvez le faire vous-même si vous le sentez. Nous avons acheté le notre et c’est un poulailler sans enclos pour 5 poules comme ça nos trois poules ont assez d’espace la nuit. Nous en sommes plutôt satisfaites (la rampe n’a pas tenue la route par contre).

Pour l’entretien, il vous faudra changer la paille du poulailler une fois par semaine au minimum. Je vous conseille donc d’avoir un compost pour déposer la paille souillée chaque semaine.

Les poules peuvent être très câlines. Les miennes, malgré ce qu’elles ont vécu, ne craignent pas les câlins et se laissent prendre facilement dans les bras. Soyez calme, doux.ce et tout devrait bien se passer. Mais si vos poules ne veulent pas être prises dans les bras, ne les forcez pas.

oeuf poule vegan

Pour les protéger des prédateurs, je vous conseille de fermer le soir et d’ouvrir le matin le poulailler à heure fixe pour créer une routine (l’été on ferme à 22h et on ouvre vers 7h-7h30). C’est certes contraignant mais c’est pour leur sécurité. Personnellement, ça ne nous dérangeait pas trop de le faire car on en profitait pour les câliner avant de fermer pour la nuit. Cependant, c’était assez gênant quand nous partions car ça demandait aux voisins de bien fermer le soir et de ne pas les oublier le matin. Nous avons donc décider d’acheter un Chicken Guard qui n’est autre qu’un portier automatique fonctionnant soit grâce à la luminosité soit par minuterie. Le notre fonctionne grâce à la luminosité et on en est très satisfaites. Les poules ont le temps de rentrer dans leur poulailler (elles rentrent à 21h30 et la porte se ferme à 22h) et le matin ça ouvre avant 7h donc elles bénéficient encore plus de la lumière du jour.

Et enfin si vous décidez d’adopter des poules, êtes vous certain.e que quelqu’un.e pourra s’en occuper en votre absence ? Vous ne pourrez pas les emmener avec vous en voyage et il vous faut penser à ça.

III. les nourrir

A la maison, les poules mangent à volonté. Je ne pèse pas la quantité de grains car elles s’auto-régulent. Je m’arrange pour qu’elles ne manquent de rien. Vu qu’elles ont peu d’herbe dans leur enclos, j’en arrache de notre jardin et je leur en donne quotidiennement. Elles se débrouillent aussi et creusent pour y trouver des insectes voire même des petits cailloux qui vont leur permettre de broyer les aliments dans leur gésier.

Je leur donne aussi des épluchures et des restes de repas (quand ça n’est pas trop salé ni sucré). N’hésitez pas à leur faire cuire des pommes de terre et carottes vapeurs spécialement pour elles. L’hiver elles adorent la soupe et l’été un petit reste de smoothie ou de gaspacho leur fera super plaisir.

Vérifiez l’eau aussi plusieurs fois par jour en été car il faut qu’elle soit toujours fraîche et pas trop sale. Je la change au moins une fois par jour et je leur mets plusieurs abreuvoirs.

Par contre, ne prenez pas vos poules pour un compost vivant. Elles ne mangeront pas les peaux d’oignons, d’agrumes, de pommes de terres crues, de bananes, de kiwi, d’avocat, de pastèque, de melon… Elles ne vont pas manger ce que vous ne mangez pas, en gros. Et ça vous évitera d’avoir des matières organiques qui pourrissent dans l’enclos.

IV. Que faire des œufs ?

J’ai gardé le meilleur pour la fin. The big question. Le débat sans fin des œufs de poules heureuses. Pour ma part, j’ai tranché et même si ma décision ne plaît pas à tout le monde, elle s’inscrit dans une démarche éthique.

oeuf poules vegan végane

Alors déjà je me suis rendue compte qu’il valait mieux écouter les végés/véganes qui ont des poules que celleux qui n’en ont pas et qui vont te donner leur avis sur une situation qu’iels ne vivent même pas. Parce que clairement le coup du “il ne faut pas enlever les œufs, ça les stresse” ne fonctionne pas quand tu ne veux pas te retrouver avec un poulailler qui empeste l’œuf moisi au bout d’un mois et qui va clairement mettre en danger la santé de tes poules (l’œuf en décomposition n’a rien de sain). Donc oui, il faut ramasser les œufs. Après c’est ce que tu en fais qui fait la différence. Je réprouve aussi l’argument comme quoi les œufs c’est dégouttant parce que ce sont les règles des poules. C’est un argument sexiste qui renforce le stéréotype comme quoi les règles sont sales. Et puis dans ce cas là on ne devrait pas manger des champignons non plus parce que c’est du moisi.

La majorité du temps, je les cuits 8 minutes à l’eau (afin d’avoir un œuf cuit mais pas trop dur), je les écoquille et je les donne… aux poules ! Et oui les poules mangent leurs œufs cuits et elles adorent ça ! Ça les requinque, c’est plein de bonnes choses pour elles et elles profitent du fruit de leur labeur. Etant donné que je n’ai pas de coq, il n’y aucun risque de leur faire manger des œufs fécondés… Par contre, j’évite de leur donner leurs coquilles car c’est un cercle fermé (source en bas de l’article par L214). Mieux vaut leur donner des coquilles d’huîtres que vous pouvez récupérer gratuitement en bord de mer/d’océan pour ne pas cautionner la pêche.

On a même fait une petite vidéo qui illustre bien mes propos 😉

Et de temps en temps, j’en donne à des personnes de notre entourage (nos mères et nos voisin.e.s) qui ne sont pas véganes. Je sais, je sais, ce n’est peut-être pas la meilleure des solutions mais, après réflexion, je préfère qu’iels mangent ces œufs plutôt qu’iels en achètent. Je ne pense pas promouvoir la consommation d’oeufs. Iels savent que nous n’en mangeons pas, que si je leur en donne c’est pour qu’iels évitent d’en acheter et que si iels pouvaient arrêter d’en consommer ce serait encore mieux. Après je ne suis pas là pour contrôler ce qui se passe dans leur caddie.

Je ne fais pas partie de ces véganes qui préfèrent jeter les œufs aux caniveaux. Ça reste, pour moi, du gaspillage (quand t’as grandi dans une famille modeste, c’est clairement impensable à faire) et je trouve ça dommage de ne pas en faire profiter ses poules. Vous les priver d’une denrée qu’elles adorent et qui est bon pour elles. D’ailleurs, préférez toujours leur donner leurs œufs cuits car les œufs crus peuvent être vecteurs de maladies (salmonellose…).

Et si vous, vous avez envie de consommer leurs œufs ?

Est-ce la raison pour laquelle vous avez adopté vos poules ? Si oui, c’est que vous les considérez comme une ressource. Ce n’est pas éthique. Une poule ne vous offre pas ses œufs en échange des soins et attentions que vous lui apportez. Ce n’est pas donnant donnant. Est-ce que nous demandons à un chien ou à un chat de nous produire une denrée ? Non. Ça devrait être pareil pour les poules.

C’est aussi un cercle vicieux car si vos poules ne pondent pas, vous allez être déçu.e.s et si vous n’êtes pas habitué.e.s à cuisiner sans œufs vous allez être tenté.e.s d’en acheter…

Consommer les œufs des poules de son jardin est acceptable d’un point de vue welfariste. Ce mouvement décrit l’amélioration de l’exploitation animale (fin de l’élevage industriel, meilleures conditions d’abattage..). Mais d’un point de vue abolitionniste, toutes les exploitations sont inacceptables. De la plus petite à la plus grosse. Je suis abolitionniste. Je ne me vois donc pas manger d’oeufs, peu importe la provenance.

Si vous avez des questions ou des remarques n’hésitez pas à m’en faire part en commentaires :).

 Sources : L214, Galinette (pâtée pour poules où il est indiqué qu’on peut leur donner leurs œufs cuits)

25 comments

  1. J’ai trouvé ton article très intéressant, beaucoup plus que ce que je lis la plupart du temps sur les oeufs et les poules, donc merci beaucoup ! Ca répond à plusieurs des questions que je pouvais me poser 🙂 notamment sur le fait que le discours “il faut pas enlever les oeufs” me semblait limité. En fait de manière générale, je me pose la question suivante : je ne suis pas végane, du moins pas encore, même si j’ai un mode de consommation assez proche. Donc dans les cas où il faut enlever les oeufs, et à partir du moment où j’ai pas adopté les poules strictement pour ça (= si elles donnent pas d’oeufs je m’en fiche complètement, c’est pas le but), est-ce que ce serait réellement un souci d’en consommer ponctuellement ? en dépannage par exemple ? J’ai pas réglé cette question encore, pour l’instant je considère à titre personnel que ce n’est pas très dérangeant. Peut être parce que je suis moins strictement abolitionniste aussi, probablement. Tu proposes un point de vue plus tranché, et je le trouve tout à fait cohérent 🙂 Bonne journée à toi

    1. Je suis contente si j’ai pu répondre à certaines de tes questions :). J’ai des copines végés qui n’ont pas adoptées de poules pour les œufs mais qui en mangent quand même et je ne les juge pas. Je comprends tout à fait qu’elles puissent en consommer ponctuellement. Etant donné que j’en donne à des proches, je considère que ce n’est pas très dérangeant.
      Après le souci c’est comment expliquer à des personnes qui ont des poules pour leurs œufs et pour les manger que tu ne veux pas de ces œufs là ? Ton entourage pourra aussi être tenté de te faire manger des œufs bio venant de poules élevées en plein air parce qu’iels ne voient pas le côté non éthique.
      Je suis plus tranchée aussi pour cette raison car oui ça ne ferait pas grand chose à mes poules que je mange un ou deux œufs de temps en temps mais après c’est la porte ouverte à d’autres exceptions et je veux éviter ça. Et puis oui c’est difficile d’être abolitionniste et de dire “ne mangez pas d’oeufs sauf moi car j’ai la chance d’avoir une maison avec un jardin”. Y’a aussi de ça. Après je ne ferais pas partie de ces véganes qui vont te juger pour ça, loin de là :).
      Bonne soirée

  2. Super article !

    J’ai également des poules en étant vegan, malheureusement elles viennent d’élevages, de magasins de bricolages et certaines viennent d’un sauvetage (nous avons payé…)
    Mes parents mangent les œufs, je n’ai donc pas mon mot à dire là dessus :/
    Si j’étais seule je ferais pareil que toi, leur donner leurs œufs ^^ elles en raffolent !

    Leur as tu donné des noms ? 😀

    1. Hey merci beaucoup :). Oui héhé elles s’appellent Gravité (celle qui a la crête en l’air), Pouhiou (la plus déplumée) et Otarie (parce que c’est rigolo :D).

  3. Je n’avais pas encore pris le temps de lire ton article, c’est chose faite ! Je tiens à te dire que je trouve ta démarche vraiment géniale. La façon dont tu t’occupes d’elles, dont tu veilles à ce qu’elles aient tout ce qu’il faut… c’est vraiment agréable à lire ! Il est clair que si tout le monde faisait comme toi, le monde irait mieux. 🙂 En tout cas, bravo pour ta démarche. 🙂

    1. Oh merci beaucoup Laura <3. Ça me fait super plaisir que l'article te plaise. J'essaie de faire au mieux pour les poules et j'espère qu'elles sont bien :). L'une des trois a vraiment du mal à s'en remettre au niveau des plumes et elle galère un peu plus dans la nature. A la fin du mois je demanderais au véto de Cartoon si on peut emmener des poules dans un cabinet de vétérinaire ou s'il peut se déplacer.

  4. Bonjour,
    Tout d’abord félicitations pour l’adoption de vos poules et toute l’attention que vous leur portez.
    Bien que l’on donne une image assez simplette, la poule devient vite attachante et on se surprend parfois à passer du temps à les observer. Notamment sur les relations sociales qu’elles entretiennent les unes aux autres.

    Par contre il y a deux points que vous évoquez avec lesquels je diverge.

    D’abord, c”est sur la possibilité de jeter les œufs.
    J’entends bien une partie du côté moral de la chose.
    Toutefois, je diverge car je considère que l’œuf, crée dans des conditions comme les votres, ne donnera jamais un poussin. Toutefois il constitue une denrée. Excusez le raccourci mais c’est un peu comme le fruit de l’arbre. Bien qu’une fois la dégustation terminée on peut parfois récupérer le noyau ou les graines 🙂
    Je pense souvent aux personnes qui meurent de faim, notamment celles vivant dans des pays en famine. Par respect pour ces personnes, je ne gaspille jamais rien. C’est pour cela que je pense qu’il ne faut jamais jeter les œufs dont il est question.
    Les donner à des tiers est une bonne solution. Mais pas aux déchets.

    Deuxième point que je ne partage pas, c’est le fait de donner à manger aux poules leurs œufs . D’une part parce que vous leur donnez quelque chose que vous refusez vous même d’absorber. Cet argument tombe si l’on suit ma première contestation je vous l’accorde.
    D’autre part, parce que vous leur donner quelque chose issu de leur propre corps. Je ne trouve pas moralement cela sain. Même si elles en raffolent.

    C’était juste mon opinion pour faire avancer le débat. N’y voyez aucune animosité de ma part. J’ai beaucoup de respect pour les perdonnes qui ont du respect et notamment envers les animaux. Je pense que ce sont des gens biens.

    1. Bonjour,

      Je suis à tout fait d’accord sur le fait que je ne trouve pas cela normal de jeter les œufs. J’insiste dans l’article sur ce point. Je m’auto-cite “Je ne fais pas partie de ces véganes qui préfèrent jeter les œufs aux caniveaux. Ça reste, pour moi, du gaspillage (quand t’as grandi dans une famille modeste, c’est clairement impensable à faire) et je trouve ça dommage de ne pas en faire profiter ses poules.”

      Enfin, je comprends tout à fait que cela puisse surprendre de donner à manger aux poules leurs œufs mais comme dit aussi, c’est une pratique déjà utilisée par les paysans surtout en hiver. Indirectement, de nombreuses personnes donnent des œufs à consommer à leurs poules dans des préparations (brioche, gâteaux…). Nos poules ne pondent quasiment plus (été comme hiver) ainsi, quelques œufs cuits de temps en temps ne peuvent leur être que bénéfique. J’ai dû mal à comprendre l’immoralité de consommer quelque chose issue de notre propre corps. Pour notre espèce, il existe des personnes qui consomment leur propre urine. Même si je ne pratique pas ce rituel, je ne vois aucune immoralité derrière.

      Merci pour votre message qui reste constructif. Il est vrai que le débat œufs de poules du jardin est quasiment sans fin.

      Bonne journée

  5. Bonjour,

    Merci pour cet article qui m’a fait réfléchir, cependant je me pose toujours une question :

    D’après ce que j’ai lu, le véganisme correspond au désir de stopper la cruauté envers les animaux en adaptant sa consommation. Mais je n’ai quand même pas bien compris dans votre article ce qui n’est pas éthique dans le fait de manger les œufs de poules vivant dans de très bonnes conditions dans un grand espace ? Est-ce pour respecter un régime alimentaire qui exclu tout produit provenant des animaux ou parce que vous ne trouvez pas ça moralement acceptable (ou les deux ?)

    Merci d’avance et bonne journée

    1. Bonjour Clara,

      Le véganisme découle de l’antispécisme qui est de ne considérer aucune espèce comme supérieure à une autre. Et il y a dans le fait de continuer à manger des œufs toujours une hiérarchie car on est habitué.e.s au fait de manger des œufs de poule ou de caille. Mais comme pour le fait qu’on n’aurait pas idée de manger du chien ou du chat on n’aurait pas idée de manger les œufs d’un autre animal.

      En dehors de ça, je trouverais ça hypocrite de mon côté de prôner la non-consommation d’oeuf et de manger ceux de mes poules sous prétexte que j’ai de la chance d’avoir un jardin et d’avoir pu en adopter.

      Je continue toujours à les donner à des personnes qui en consomment malgré tout pour qu’iels évitent d’en acheter.

      Merci pour ton commentaire 🙂 j’espère avoir répondu à tes questions.

      Bonne journée

  6. Très bel article !
    Je suis à 100% d’accord avec toi et j’espère pouvoir adopter des poules sorties de batterie d’ici quelques années.
    Comme Irène, je ne sais en revanche pas si je consommerai ponctuellement des oeufs. Je suis végane, mais si je les ai adoptées par éthique et non pas pour leurs oeufs, entre les leur rendre ou les manger moi-même quelques fois par an, je ne suis pas sûre de concevoir la différence.
    Je verrai bien au moment donné ! 🙂

    1. Tout à fait pour les œufs 🙂 il n’y a pas énorme différence si tu en manges quelques fois de temps en temps. Mais c’est vrai que je préfère les partager aux personnes qui en consomment autour de moi plutôt qu’en intégrer de nouveau dans mon alimentation.
      D’autant plus que si tu adoptes des poules de batteries comme les miennes, tu verras qu’elles arrêtent vite de pondre. J’en ai perdue 3 (les trois de la vidéo en fait…) et j’ai pu en recueillir 2 (du même élevage) chez une dame qui les avait adoptées. Et bien les deux restantes ne pondent plus du tout.
      Deux sont parties à cause d’e-colis 🙁 et une est morte dans la neige (de froid certainement) en journée cet hiver, elles sont vraiment fragiles à la sortie de ce genre d’endroits.

  7. Très chouette article, hyper doux, j’ai ressenti beaucoup de bienveillance dans tout ça et c’est ce que je retiens.
    Je trouve ça top de donner les oeufs aux poules, j’ignorais qu’elles aimaient ça, bien vu comme geste.
    Les donner à son entourage aussi, perso ça ne me gêne pas, plutôt que de les jeter ou que les gens achètent des oeufs venant de poules exploitées, c’est un moindre mal. Surtout si les gens ne sont pas vegan, qu’ils/elles ne décident pas encore d’arrêter ou autre hein. Très bonne initiative.
    Un jour on m’a demandé si j’avais des poules (oui dans mon jardin imaginaire à Paris), est-ce que je mangerais les oeufs ? Bah non ! Ca me semble évident pour moi. Heureuse ou pas, c’est non ! Déjà j’aime pas ça mais même si je kiffais, bah non car je rejoins justement ce que tu dis très bien en fin d’article (je le garde en tête d’ailleurs, ça m’évitera de me planter dans mes arguments).

    1. Oh merci beaucoup Laura :). En plus ce débat de quoi faire des œufs est vite clôturé quand, après quelques mois, elles s’arrêtent totalement de pondre ^^. C’est pour ça, je me dis que les personnes qui les adoptent pour leurs œufs doivent se sentir blasées lorsqu’elles arrêtent de pondre.. L’article date un peu, du coup on a perdu nos trois poules sur la vidéo (2 de la bactérie e-colis peu de temps après les avoir recueillies et une cet hiver dans la neige en pleine journée).
      Aujourd’hui nous en avons deux qui viennent du même élevage qu’une dame a bien voulue nous confier. Elles se portent bien mais restent fragiles :/, ça détruit tellement ces élevages !

      1. Merde j’ai pas fait gaffe, j’ai vu passer ça sur twitter via Marina.
        Ow mince je suis navrée de lire ça, quelle poisse.
        Je souhaite donc longue vie aux nouvelles arrivantes, elles sont entre de bonnes mains.

  8. Bonjour, je découvre votre blog via cet article partagé par La Nébuleuse. Je ne suis pas végane et n’ai pas l’intention de le devenir. Je ne suis pas non plus Végétarienne mais mon mode de consommation s’en rapproche quand même très sérieusement. Je respecte les luttes végane tant qu’elles ne sont pas virulente et culpabilisante pour ceux qui continue de manger des produits animaux bref, là n’est pas le débat.

    Si j’ai lu cet article c’est parce que je pensais qu’il répondrait à certaines de mes interrogations principales concernant le véganisme justement (et là où je considère que le mouvement à ses propres limites, mais peut-être est-ce dû à un manque de connaissance de ma part !). J’avoue ne jamais avoir trop compris la non-ethique du fait d’avoir des poules et de les élever comme vous le faites, et de consommer une partie de leurs oeufs. On pourrait par exemple considéré que sans leur prendre tout ce qu’elles produisent, on pourrait quand même en consommer de temps en temps , sans en acheter ailleurs par exemple. J’ai lu dans un commentaire qui partageait mon incompréhension, votre réponse mais j’ai quand même du mal à comprendre.

    en fait, ce que je retiens du véganisme c’est le fait de refuser l’exploitation animale à toute fin de plaisir humain. De ce fait, je me demande quelle est votre position quand aux animaux domestiques : chiens, chats et à fortiori poules, comme dans votre cas. Effectivement, ces poules ont été sauvées mais si vous les prenez chez-vous, n’est-ce pas aussi pour le plaisir de vous occuper d’animaux ? Il parauit extrème de parler d’exploitation dans ce cas là mais tout de même, j’aimerais savoir en quoi la domestication des animaux est-elle plus éthique, si on prend en considération le fait qu’on choisi d’en avoir, principalement pour son ^plaisir personnel.

    Au plaisir d’échanger sur le sujet,

    1. Bonjour Laure,

      Je prends enfin le temps de te répondre car il me fallait un peu de temps devant moi pour mettre en forme les idées 🙂
      Je suis pour l’échange aussi tant que c’est fait avec respect on est d’accord. Pas de culpabilisation chez moi mais parfois un peu de remise au claire car 3 millions d’animaux sont tués chaque jour en France et qu’il y a urgence.

      Peut-être que tu n’es pas encore à l’aise avec la définition de l’antispécisme. L’antispécisme est un courant de pensée, né dans les années 70, basé sur les mêmes fondements que l’antiracisme et l’antisexisme. Cela signifie que l’espèce humaine à laquelle nous appartenons ne nous rend pas supérieure aux autres espèces et surtout ne nous donne aucun droit de les maltraiter, les posséder et les exploiter. En fait, le véganisme découle de l’antispécisme. On met en application cette façon de penser sur notre mode de consommation.

      Consommer des produits animaux, quelques soient les conditions, reste de l’exploitation. Comme je le disais, on peut adopter des poules pour d’autres raisons qu’avoir des oeufs mais lorsque, malgré tout, tu en consommes tu continues à propager l’idée que c’est une denrée acceptable et tu continues de croire que cela t’appartient. En fait, cela ne nous appartient pas tout simplement et je pourrais conclure comme ça.

      Un autre point. Lorsqu’on est contre la consommation de produits animaux et qu’on en consomme car, chez nous, on estime qu’elles sont bien traitées et qu’il n’y a pas de soucis, je trouve que ça pose un problème. On “l’interdit” aux personnes qui n’ont pas de jardin, qui n’ont pas la possibilité d’adopter des poules et on se l’autorise car, nous, on a pu remplir ces conditions. Cela devient un privilège. Ou alors, on pousse les personnes à acheter des oeufs chez des petits paysans en pensant que c’est éthique alors qu’il reste le problème de l’exploitation, de l’envoi à l’abattoir lorsque les poules sont trop vieilles ainsi que l’origine avec les poussins mâles broyés…

      Pour la partie sur les animaux domestiques :

      Dans un monde spéciste, le plaisir de l’humain prime effectivement sur celui des autres animaux. Peu importe que leurs vies soit en jeu, notre plaisir est primordial (plaisir culinaire, loisirs…). Et c’est très juste d’avoir souligné ça.
      Là où le fait d’adopter un animal et d’en prendre soin est différent c’est que, normalement, on agit dans son intérêt. On respecte ses conditions de vie et il n’a rien à nous donner en retour. Il se trouve que les chats et les chiens ont été domestiqués par l’homme et qu’une vraie complicité naît facilement entre nous. Mais il n’y a aucun mal à cela. On n’exploite pas sa sympathie en fait, c’est une complicité. Si et seulement si, on respecte sa nature, on prend soin de sa santé et qu’on fait des choses dans son intérêt.
      En fait, il ne faut pas adopter un animal pour soi-même. On peut parler d’exploitation si on ne respecte pas notre animal et qu’on le considère comme un simple moyen de divertissement/d’affection.
      D’ailleurs, ce sont plutôt les chats qui nous exploitent depuis toujours, si tu veux mon avis, ahah 😀

      Aussi, lorsque l’on est végane, on est contre l’achat d’animaux domestiques. On se dirige vers des refuges pour adopter un animal et non l’acheter car nous ne les considérons pas comme des objets.

      J’écris actuellement un article plus complet sur la condition animale et les grandes définitions qui arrivera prochainement alors n’hésite pas à revenir d’ici là :).

      Je te souhaite une bonne journée et j’espère avoir répondu à tes questions 🙂

  9. Excellent article qui réponds à plusieurs questions primordiales. Je viens de tomber dessus après une recherche “à cause” d’un post Facebook. Je ne regrette pas d’avoir pris le temps de cherché. Merci

  10. Merci pour cet excellent raisonnement , pour ma part je veux adopter des poules, l’idée mûrit doucement mais surement, d’ici là je serai devenue Végane et fière de l’être, donc je ne consommerai pas leurs oeufs, mais je les cuisinerai pour ma famille à la place de viande. Donc leurs oeufs sauvera un animal de la boucherie. Ce sera leur contribution au bien être animal 🙂

Laisser un commentaire