Loading

Serviettes hygiéniques lavables : Mon expérience trois ans après…

Hello les végens,

Aujourd’hui on se retrouve pour parler protections périodiques et pas n’importe lesquelles : LES SERVIETTES HYGIENIQUES LAVABLES ! (Tada, musique de suspense).

NDLR (ah oui, la rédaction c’est moi) : Cet article est, comme d’habitude, inclusif. C’est-à-dire que je ne vais pas te dire “les règles c’est pour les fâmes”. Non, non, je sais, contrairement à beaucoup, qu’il n’y a pas seulement les femmes qui ont leurs règles et que certaines femmes n’ont pas leurs règles. Voilà, ça me met particulièrement en nerf d’entendre des phrases comme “aujourd’hui on va parler règles, les garçons vous n’êtes pas concernés, c’est un truc de fille, désolée hihi”. Et pourtant je ne suis pas une femme transgenre ou une personne non-binaire, je suis simplement à l’écoute des oppressions et j’essaie d’être une bonne alliée.

KESKESSÉ QUE CE TRUC ?

C’est comme les serviettes jetables sauf qu’elles se lavent et s’utilisent ainsi plusieurs années.

La partie extérieur en contact avec la vulve se compose de coton ou chanvre (biologique le plus souvent) et la partie absorbante, à l’intérieur de la serviette, est composée de matières synthétiques (comme le polyester, le polyamide et le polyuréthane).

Ce n’est pas sale (d’ailleurs les règles ne sont pas sales) et ce n’est pas très contraignant.

C’EST PAS VEGAN UN TAMPON ?

Peut-être que tu te demandes quel est le lien entre véganisme et protèges slips ? Et bien, les grandes marques de protections hygiéniques (tampons et serviettes) testent sur les animaux (matières premières ET produit fini) ! Je sais que vous vous demandez comment on peut tester ce genre de produit fini. Je ne trouve rien sur la façon dont ces tests sont effectués (et a-t-on envie de le savoir ?) mais c’est une information avérée.

vegan la petite okara

Pour les protections hygiéniques jetables, il y a la marque Natracare qui est une des rares marques de protections jetables éthique et soucieuse de l’écologie. On la trouve en magasin bio. Le paquet de 14 serviettes est à 2,60 euros sur Greenweez.

Et enfin, d’un point de vue écologique les tampons et serviettes sont une vraie catastrophe. Une personne réglée utilise en moyenne 11 000 tampons ou serviettes au cours de sa vie ! Ces produits ne sont évidemment pas recyclés et finissent même parfois dans les océans. Sans parler des produits chimiques, des agents de blanchiment, des parfums de synthèses et tout ça en contact avec nos muqueuses… On aime, on adore !

MON EXPERIENCE, ENTRETIEN & LAVAGE

J’ai eu mes règles à 11 ans et j’ai toujours utilisé des serviettes hygiéniques jetables de grande surface. Il m’est arrivé, une seule et unique fois, de vouloir essayer un tampon mais, impossible, ce n’était pas pour moi.

En 2014, lorsque je suis devenue végane, j’ai voulu me tourner vers une solution éthique. C’était le début de la coupe menstruelle, on en entendait parler de partout et beaucoup ne juraient que par ça. Alors j’en ai achetée une, j’ai essayé de la mettre, j’ai pleuré et j’ai renoncé. Bien sûr, j’ai dû la jeter car comment la revendre ? Et par malchance personne n’en voulait autour de moi… 30 euros d’office, mis à la benne.

Du coup, je me suis tournée vers les serviettes hygiéniques lavables de la marque PLIM, une solution plus douce et familière pour moi. J’ai tout de suite été conquise. J’avais moins de démangeaisons en fin de règles et je les trouvais plutôt confortables (la serviette se clipse mais ne se colle pas au sous-vêtement. Elle bouge un peu mais ça ne me gênait pas).

Seul problème et non des moindres. Il n’y avait aucun vrai conseil de lavage. Encore aujourd’hui sur le site de PLIM, il est écrit qu’il suffit de les porter et de les mettre directement à la machine à 30-40 °C.

ALORS QUE NON !

Il est obligatoire de les rincer au préalable à l’eau froide pour ne pas que le sang se fixe sur le tissus définitivement. Et même sans cela, les serviettes seraient trop tâchées et mal lavées. Par chance, je savais que le sang pouvait cuire alors je les avais toujours rincées avant à l’eau froide. Mais malgré cela je me posais plein de questions : Je me demandais si on pouvait les laisser sécher et les laver à la fin de son cycle ? S’il fallait les laisser tremper ? S’il fallait les laver le soir-même ?

Bref. J’ai connu des moments de solitude :D.

Pendant un temps, je laissais tremper mes serviettes dans de l’eau, du vinaigre et des huiles essentielles pendant 12 heures. Mais là encore, ne faites pas ça. L’eau, et l’humidité en général, est un excellent incubateur de développement bactériologique. Il vaut mieux les laisser sécher après utilisation et s’en occuper le plus tôt possible.

Heureusement, j’ai vite compris qu’il ne fallait pas les laisser tremper (après quelques cycles quand même…). Jusqu’à récemment, je les rinçais à l’eau froide sans faire de prélavage avec un savon adapté. C’est juste après cette étape, que je les passais en machine à 30-40 °C (comme conseillé).

Trois ans, c’est la durée de vie des serviettes lavables. Et je ne l’ai appris que récemment lorsqu’à la fin de mon cycle j’ai commencé à avoir des démangeaisons (super, c’est sympa) et ça a duré trois mois. Bon, même s’il faut avouer que le mystère reste entier. Je ne sais pas si les démangeaisons étaient dues au fait qu’elles étaient dead ou si c’est parce que je n’ai pas su m’en occuper comme il le fallait !

Et depuis peu, je suis tombée sur les serviettes hygiéniques lavables Dans ma culotte. Une marque je ne connaissais pas ou qui n’existait pas à l’époque et qui m’aurait évité de nombreux désagréments. Chez elleux, tout est clair et sérieux en ce qui concerne l’entretien.

Depuis, je suis bien mieux dans ma culotte, ahah.

serviette hygiénique lavable
Photo sous licence Envato Elements – Ne pas dupliquer

L’ENTRETIEN

C’est très simple du coup :

  1. Conserver sa serviette hygiénique lavable usagée au sec avant de s’en occuper (vous pouvez même vous en occuper à la fin de votre cycle mais le plus tôt sera le mieux).
  2. Prélaver votre serviette à l’eau froide-tiède, à la main, avec ce savon spécialement conçu pour (il est composé de savon pur à plus de 30%, ainsi que d’huile de coco, réputée pour ses vertus hyper détachantes et anti-mycose)
  3. Si vous avez un stock réduit, vous pouvez faire sécher la serviette juste après cette étape (en évitant le sèche-linge un peu agressif pour la partie absorbante) et la remettre le lendemain. Mais il faudra bien faire l’étape 4 dès que vous le pourrez !
  4. Si vous avez un bon stock, vous la mettez en machine à 60 °C (et non pas 30-40 °C…), vous la faites sécher et elle est comme neuve (bon presque, il y aura des marques d’usures, ce n’est pas très grave, ça ne veut pas dire qu’elle est mal lavée).

PS : Si le tissus décolore pas de soucis non plus, c’est que votre sang est un peu acide.

PS2 : Ah et ne la mettez pas en machine avec du linge trop sale, genre serpillère ou torchons que vous voulez laver à 60 °C… Avec une serviette de bain ce sera très bien.

PS3 : La lessive maison au savon de Marseille est déconseillée car elle nuit, à termes, aux qualités d’absorption.

serviette hygiénique lavable la petite okara
Photo sous licence Envato Elements – Ne pas dupliquer

VERS QUELLES MARQUES SE TOURNER ?

Dans ma culotte est une marque que je conseille pour son sérieux sur la partie entretien. D’autant plus qu’il y a un savon adapté au prélavage des serviettes sur leur site internet. J’aime aussi le fait qu’il y ait des couleurs foncées car l’usure est moins visible.

Les PLIM sont très bien aussi pour leur confort et leur qualité d’absorption.

Il y a également bien d’autres marques, plus accessibles en termes de prix, mais je ne les ai pas testées.

Si vous avez la fibre couture (et la patience), vous pouvez les faire vous-même, ce qui vous fera faire de belles économies.

LE PRIX ?

La gamme de prix est large. Comme dit précédemment, il y en a pour tous les budgets. Fait maison, petits prix et gamme qualitative. Vous pouvez acheter trois serviettes lavables pour 15 euros ou seulement une à 17-19 euros.

Photo sous licence Envento Elements – Ne pas dupliquer

Si vous désirez investir pour une marque de qualité comme Dans ma culotte, l’idée est d’y aller petit à petit. Commencez par acheter 4 à 5 serviettes que vous pouvez laver à la main le soir-même. En les laissant sécher la nuit, vous pourrez les mettre à nouveau le lendemain. Ce qui vous fera un budget de départ allant de 68 à 85 euros. Les mois suivants vous pourrez acheter des serviettes complémentaires pour élargir votre stock.

Pour refaire mon stock, j’en ai eu pour 161 euros de serviettes + le savon à 6 euros. J’ai acheté 5 serviettes de jour à 17 euros et 4 serviettes de nuit à 19 euros. Pour ma part, 9 serviettes me suffisent pour la totalité de mon cycle. Dans ma culotte, conseille 15 serviettes mais tout dépend de votre flux.

Ceci dit c’est un investissement sur trois ans. Même si, après calcul, il est quand même plus cher d’avoir recours aux serviettes hygiéniques lavables (avec la marque Dans ma culotte). En effet, trois ans avec le double paquet à 3,59 euros que je prenais habituellement pour le mois revient à 129,24 euros. Mais il n’empêche que je préfère dépenser plus pour les animaux, l’écologie et ma santé.

ET LES SOUS-VETEMENTS DE REGLES ?

J’ai récemment entendu parlé de sous-vêtements de règles. C’est vraiment une super idée et ça s’inscrit dans la même logique que les serviettes lavables, avec un confort supplémentaire et une épaisseur en moins.

Le prix chez Thinx est par contre beaucoup plus important : 30 à 38 dollars. Ajoutez à ça le côté non pratique d’enlever sa culotte en pleine journée si on est en déplacement…

En fin de règles, ça doit quand même être royal.

ET LA CUP ALORS ?

Pour les personnes qui aiment la cup c’est très bien. A votre place je ne changerais pas, ça coûte beaucoup moins cher que les serviettes (15 à 20 euros) et c’est aussi écologique et vegan. Cependant, il est vrai qu’il reste préférable de laisser s’écouler le sang plutôt que de le garder en soi.

Si vous avez des questions sur la cup, je vous conseille la vidéo de Marion Séclin ou encore celle de Coline sur le syndrome du choc toxique.

POUR QUI ?

Il est vrai que ce n’est pas la solution idéale pour toutes les personnes réglées. D’ailleurs, il n’existe aucune solution idéale pour tou.te.s. Il faut avoir accès à une machine à laver au moins une fois par semaine et avoir l’opportunité de les rincer facilement. Sans parler de l’investissement qui est quand même important contrairement à un paquet de 3 à 4 euros par mois. C’est pourquoi il reste primordial de sensibiliser autour des cochonneries qu’on met dans les tampons et serviettes pour que les industriels changent les compositions et que même Tampix et Alweys s’y mettent !

On entend encore que la coupe menstruelle est LA solution pour tou.te.s alors que non, bien sûr que non. Quand tu es à la rue, tu ne peux pas vider ta coupe toutes les 6-8 heures dans des toilettes, la rincer et la stériliser dans une casserole ou un microonde. Les solutions jetables sont plus accessibles.

Il faut aussi être à l’aise avec son propre sang. Etant donné que tu prélaves à la main tes serviettes, certaines personnes peuvent ne pas apprécier ce moment.

Personnellement, ça ne m’a jamais dérangé. C’est pas le meilleur moment de mon quotidien, mais rien d’extraordinaire. Ce n’est pas pire que de faire la vaisselle.

Dans l’esprit des gens : Moi quand je lave mes serviettes hygiéniques lavables (NON)

Il y a aussi un autre point qui me porte attention : L’ECOLE

J’ai du lire trop de Stephen King, notamment Carrie La Vengeance, mais il me semble que c’est une solution adaptée plutôt aux adultes qu’aux adolescent.e.s. Je sais qu’adolescente je n’aurais pas aimé utiliser cette protection hygiénique. L’idée de les emmener à l’école et d’imaginer que des élèves fouillent dans mon sac et trouvent mes serviettes usagées m’aurait inquiétée (je les imagine les exposer en courant à travers la cours entière et tout ça en criant mon nom (tu le vois le traumatisme du collège ?)). A 11 ans quand t’es un peu la seule personne de ta classe à avoir tes règles, t’as pas envie de te faire remarquer avec, EN PLUS, une solution alternative. C’est déjà bien chiant le collège alors faut essayer de tout faire pour que ça se passe bien ^^.

Mais maintenant que je suis (presque) adulte, je dis fuck off au collège et je fais même un article sur les serviettes hygiéniques lavables. Yep.

BONUS

Si tu as envie d’en savoir plus sur les règles, tu peux lire Le grand mystère des règles de Jack Parker ou encore Les règles… quelle aventure de Elise THIEBAUT et Mirion MALLE

Si tu as eu le courage de lire l’intégralité de mon article, je t’en remercie et te félicite ! J’espère que les serviettes hygiéniques lavables n’auront plus de secrets pour toi et que cet article t’aura convaincu (ou non) de les adopter.

N’hésite pas à me partager ton expérience menstru’ en commentaires !

27 comments

  1. Super article qui aide à y voir un peu plus clair. Moi je suis complètement paumée après des échecs cuisants avec la cup. Les tampons me font horriblement mal et par ailleurs, je ne savais même pas que ni eux ni les serviettes n’étaient véganes… Je ne les achèterai plus. J’essaierai peut-être les serviettes lavables ou les serviettes jetables dont tu parles et qui ne sont pas trop chères. Bref, merci pour cet article que j’aurais quand même aimé lire quand j’étais plus jeune ! 🙂

  2. Génial ton article, merci !
    Je fonctionne avec une cup, une mini réserve de serviettes lavables (que je sais enfin comment bien laver donc ^^) et des tampons natracares pour la dépanne… C’est tellement juste le fait qu’une seule solution n’ira pas pour tout le monde, et même pour une seule personne selon les moments de sa vie ou de son cycle.

  3. Heyyyy !
    Super article, merci.
    Pour moi ça sera les Natracare (le jour et la nuit avec les jetables des grandes surfaces) , parce que la cup c’est pas pour moi (j’ai pas testé mais me suis bien documentée) , et le lavable non plus. Comme tu dis, je fais partie de celles à qui le sang dégoute on peut être à l’aise avec son corps et ne pas aimer le sang. L’odeur de métal me révulse. Enfin, pour moi, le principal c’est de trouver la solution la mieux adaptée qui ne fait pas souffrir d’animaux. Malheureusement, les jetables ne sont pas compostables. Bonne soirée

  4. Super et merci pour cet article très complet, j’avoue qu’on voit plus passer d’infos sur la cup que sur les serviettes lavables! Moi j’alterne les deux solutions, je n’ai acheté qu’un serviette pour l’instant ça me suffit. J’avoue que pour l’entretien j’y allais au feeling, lavage à la main au savon normal et à la machine à la fin des règles. Je vois bien que le tissu s’abîme à force de le frotter au savon par contre… Donc je vais tester le savon à l’huile de coco ça sera sans doute mieux.

    Merci encore et juste, tu as écrit “Quand tu es à la rue, tu ne peux pas vider ta coupe toutes les 2-4 heures dans des toilettes”, sauf qu’il faut plutôt la vider toutes les 8 à 12 heures 😉 (ce qui ne change rien au problème, mais je crois que ton chiffre est vraiment exagéré)

    1. Merci Silène pour ton message 🙂 Ah oui j’espère que ça s’abîmera moins avec le savon à l’huile de coco, je n’ai pas encore vu sur le long terme pour ça.

      Je corrige ça pour la cup alors 😉 merci, je pensais qu’il fallait la vider plus souvent.

  5. Super ton article !!! c’est bien de parler de ça (avec légèreté et décontraction en plus )
    moi je connais depuis 7ans et je ne pourrais pas vivre sans ma cup!!! LOL
    merci pour toutes ses infos! Continue, tu fais ça très bien!

  6. Bonjour Marion !
    Pour ma part, je suis passée aux culottes Thinx mais comme tu dis, c’est un sacré investissement :/ j’ai un flux très important pendant 3/4 jours dans mon cycle et elles me conviennent étonnamment très bien, je suis toujours épatée par leur capacité d’absorption ; j’arrive à m’en sortir avec deux culottes (la hiphugger eeet la high-waist si je ne me trompe pas) ; en général, je fais 12h/12h et je les lave quannd j’en change puis elles ont le temps de sécher mais je pense que l’idéal est d’en avoir 3 pour pouvoir se permettre de ne les laver que le soir (c’est parfois décourageant de devoir laver sa culotte portée la nuit à 7h du mat)
    Après, c’est d’un confort incroyable : jamais de fuite, jamais cette question du “est-ce que ça tient bien en place ?” et puis quelle JOIE de ne pas mariner dans son sang (j’imagine que l’effet est largement amoindri avec les serviettes lavables mais c’est le souvenir que j’ai des jetables)
    Encore une fois ça représente un sacré coût et on ne sait pas encore combien de temps est-ce que ces culottes peuvent tenir -4/5 cycles après en avoir fait l’acquisition, les miennes commencent à montrer des faiblesses au niveau des coutures – donc je ne dirais pas à tout le monde de foncer (je ne suis pas fan de cette opération commerciale mais peut-être y a-t-il une offre pour le black friday ?) mais clairement si on peut se le permettre financièrement, je recommande +++
    Je pense quand même me prendre un petit stock de serviettes lavables pour compléter, tu m’as convaincue ! 🙂

    1. Hello Listhium,
      Merci pour ton retour sur les Thinx ! C’est clair que c’est un peu la révolution ces culottes ^^.
      Oui l’effet “mariner dans son sang” n’est pas présent pour les serviettes lavables, elles absorbent vraiment bien.
      Je sais que leurs culottes sont brevetées (ahah) mais j’espère que d’ici quelques temps, les prix chuteront et d’autres marques (pourquoi pas françaises d’ailleurs) en proposeront.
      Bonne journée à toi 🙂

  7. Je trouve ça super cher chez Dans ma culotte… Moi je me suis fournie chez La ferme des peupliers, que tu as mis en lien : pour un petit flux 6 petites serviettes suffisent et je crois qu’en tout j’en ai eu pour 24 euros ! Bon ça fait que 3 mois donc je sais pas encore combien de temps elles vont tenir ^^

    En revanche merci beaucoup pour ton conseil de laver à 60 degrés, c’est vrai que ça semble logique de les laver plus chaud après avoir rincé à froid !

    (j’écris ce commentaire pendant que mon marbré vegan tiré de ta recette cuit dans le four, merci merci !)

    1. Oui ça revient vraiment à cher c’est clair :/. N’hésite pas à revenir pour me dire si les serviettes de cette marque durent dans le temps :).
      J’espère aussi que mon marbré t’a plu ! Bonne journée

    1. Merci Anaïs, je suis contente que cet article te soit utile ! C’est clair que ça manquait sur la toile, en faisant des recherches pour écrire cet article, j’ai bien vu qu’il n’y avait presque rien. Ou souvent des conseils lancés à la va-vite de personnes qui n’en ont même pas le plus souvent.

  8. Hello you ! 🙂

    J’ai lu ton article qui m’a fait sourire à plusieurs reprises ! J’ai également opté pour les serviettes lavables depuis peu, ceci dit je ne procède pas de la même façon que toi pour l’entretien de celles-ci :

    Une fois qu’elles sont usagées, je les mets dans une boîte hermétique avec de l’eau froide pendant une journée ou deux (car un simple rinçage à l’eau froide ne suffit pas à mes yeux pour faire partir le sang donc je les laisse faire trempette) puis je les lave moi même avec du savon type Dr Bonner’s ou autre savon naturel certifié bio. Je les laisse sécher et je les range jusqu’au prochain cycle où je les porterai à nouveau.

    Comme je ne me suis toujours pas chargée de passer au naturel niveau lessive, je ne souhaite pas les laver en machine pour le moment. J’admets que tu m’as fait un peu peur avec l’histoire de l’eau “incubateur de développement bactériologique” … Que penses tu de la manière dont je les entretiens?

    1. Hello,

      C’est vrai que pour avoir essayé je ne valide pas la version trempette ^^. Mets-tu quelque chose au moins dans l’eau ? Quelques goûtes d’huile essentielle antibactérienne type tea tree. C’est ce que je te conseillerais de faire. Après c’est vrai que si tu ne les lave pas en machine je comprend qu’il faille une méthode de lavage autre.

      D’ailleurs est-ce que tu n’achètes pas de lessive bio pour le prix ou pour la qualité ? Je n’ai jamais eu de problèmes avec les lessives du commerce bio (Arbre Vert ou celles en magasin bio). La seule fois où j’ai eu des soucis c’était avec la lessive maison.

      1. Pour quelles raisons exactly? Est ce parce que tu t’es rendue compte que c’était pas le nec plus ultra à cause de l’histoire “eau incubateur bactériologique”?

        Non, il est vrai que je n’y ai pas pensé mais je tenterais le coup la prochaine fois, d’autant plus que j’ai cette he ! Merci pour ce conseil, je n’y aurais pas pensé moi même combien même je savais que cette he est antibactérienne ! Autrement, tu penses que cela peut m’être dangereux? Je demande cela car une fois qu’elles font trempette, je ne les porte pas aussitôt après donc je vois pas trop comment ça pourrait m’être nocif mais étant de nature anxieuse, ce que tu dis au sujet de l’eau me questionne.

        A vrai dire, c’est simplement parce que je me mets progressivement au naturel et niveau ménage / lessive c’est pas encore ça ahaha. Arbre Vert, c’est pas du greenwashing ?

        Merci pour ton retour ! 🙂

        1. Oui oui clairement c’est plus hygiénique de ne pas les laisser tremper, niveau odeur et tout ^^. Déjà il faudrait changer l’eau régulièrement, c’est comme tu le sens mais oui le côté incubateur bactériologique. De là à dire que c’est dangereux non, mais si tu as des démangeaisons c’est certainement lié à ça. Vraiment, quand tu auras ta lessive écologique je te conseille de suivre les conseils de lavage de Dans ma culotte que j’ai mis dans l’article ;).

          Ce n’est peut-être pas le mieux L’Arbre Vert mais au moins disponible en grande surface 🙂 mais si tu vas en magasin bio il y a la marque Sonett qui est top !

  9. Ah cela me rassure ta réaction à la cup j’ai eu exactement la même xD Je n’ai jamais supporté les tampons et la cup ce fut une horreur totale. Mais quand je regardais sur le net c’était : si elle vous dérange, vous la mettez mal. OU BIEN on peut ne pas supporter avoir quelque chose dans le vagin :p J’ai essayé une fois les serviettes hygénique lavable (acheter sur aliexpress, parce que je voulais pas mettre beaucoup) ET ce fut une catastrophe, elles se retournaient dans ma culotte (la partie pression allait à l’intérieur de la culotte) et ce fut un remake de Carrie haha (-.-) Depuis je n’ai jamais osé me remettre dedans, surtout vu le prix…

    Est-ce que tu as eu ce problème ? :O (Je me demande si une bonne marque peut éviter ça). On m’a conseillé de porter une culotte très serrée pour éviter ça, mais bon c’est pas le truc le plus agréable au monde… C’est vraiment le seul point qui me rebute :/

    Merci pour ton retour d’expérience ♥

    1. Ahah c’est tellement ça pour la cup, soit disant il y a toujours une solution alors qu’en fait non ça ne nous convient pas comme protection, laissez-nous tranquille :D.
      Je n’ai pas eu ce problème avec les marques Plim ou Dans Ma Culotte, effectivement elles sont à pression mais même si parfois elles bougent un peu elles ne se retournent pas. Ca m’aurait gêné aussi c’est clair. Je passe même la nuit entière avec du coup en bougeant et pas de problèmes (j’avoue mettre quand même une alaise au cas où les deux premières nuits ;)).

Laisser un commentaire