Loading
blog recette vegan

Blog recette vegan : Mon histoire

Comment à partir d’un gite, je suis passée à la création de mon entreprise (blog recette & lifestyle vegan)

Hello les végens,

Je suis très contente de vous retrouver aujourd’hui pour un article cette fois !

J’avais envie de vous parler un peu de mon cheminement en tant que créatrice de contenus et de mes projets.

C’est parti !

L’histoire de La petite Okara :

Pour les personnes qui me découvrent à travers YouTube, il faut savoir qu’à la base La petite Okara c’était un projet de gîte avec tables d’hôtes vegan. Et oui ! Fin 2015, j’ouvre mon blog afin de vous partager des recettes et des articles mais surtout dans le but d’avoir une vitrine pour ma future activité d’hôte (gérer les réservations, détailler ce qu’il y a dans le gîte, etc). Le temps passe, avec ma compagne Lisa, nous retapons entre temps une double maison de 210 m2 afin de rendre ce lieu le plus idyllique possible, nous exposons à deux Veggie World, nous obtenons même les 4 étoiles sur 5 et puis le jour de l’ouverture, en juin 2017, nous nous rendons finalement compte que ce n’est pas fait pour nous ! Pour tout un tas de raisons que je vous avais partagé dans cet article.

Après bientôt 2 ans de recul, je dois dire que nous avons bien fait ! Ça ne nous correspondait pas. C’est peut-être dommage de s’en être rendu compte le jour de l’ouverture mais les erreurs forgent et surtout, nous avons pu rénover notre maison en un temps record. Ça a été 2 ans difficiles qui ont ralenti mon parcours professionnel et qui ont joué sur la société de Lisa, mais je crois bien que je ne regrette rien de cette expérience de vie.

Rebondir après la décision de la fermeture du gîte :

A ce moment-là, forcément, du temps s’est libéré. Je me suis questionnée. J’ai eu envie de continuer ce qui m’animait le plus : la création de contenus. J’ai sorti mon premier livre Soupes végétaliennes de caractère et j’ai vraiment commencé ma chaîne YouTube fin 2017 (première vidéo avec les one pot pasta  attention vidéo qui pique un peu !). Le gîte est donc devenu un lieu d’enregistrement ! Ouvrir ma chaîne est un rêve que je ne pensais pas à ma portée, étant une grande timide. Mais une timide qui a toujours aimé faire et regarder du théâtre !

blog recette vegan

Cela restait mon hobby, je n’avais pas l’intention d’en vivre et je pense que c’est important de ne pas se lancer dans la création de contenus en voulant dés le départ en faire son gagne-pain. Non, vous allez, très certainement, devoir travailler une à plusieurs années sans recevoir aucune contrepartie financière et en investissant également de l’argent ! Début 2018, je commence à travailler avec ma compagne Lisa en tant que salariée. Elle a sa propre société dans le domaine de l’environnement depuis 8 ans. Comme je suis de base dans la communication, je m’occupe de ce domaine et je l’aide également à la fabrication de machines électroniques spécifiques pour ce marché. A côté, je prends le temps de continuer la chaîne et le blog en vous proposant une recette vegan chaque semaine. Lisa me filme et le montage se fait à 4 mains. Je fais le gros du tri des clips vidéos et elle y ajoute les titres, effets sonores/visuels, étalonnage, etc.

Il faut savoir que nous aimons travailler. Travailler de la maison n’est pas un souci pour nous, au contraire ! Nous sommes animées par la passion et avons le goût du challenge. J’aime me réveiller le matin en sachant que je vais faire quelque chose que j’aime. Le seul truc c’est qu’on a toutes les deux du mal à décrocher et nous pouvons passer des soirées à travailler. Nous nous accordons rarement un weekend totalement off. Lisa a incontestablement une âme d’entrepreneuse et moi, j’ai toujours été une bosseuse. D’ailleurs, à l’école, je n’étais pas simple à gérer dans les ateliers de travail en groupe car je suis assez individualiste et je sais ce que je veux. Une qualité mais aussi un défaut pour l’intégration vous le comprendrez bien 😅. J’étais du genre à tout donner pour un exposé ! Il fallait que ça soit parfait.

blog recette vegan

Nouveau format, nouvel élan :

Depuis janvier 2019, ça s’accélère. Je passe encore plus de temps à vous partager du contenu, vous êtes de plus en plus nombreux.ses à me suivre et vous accrochez à mon nouveau format face caméra ! Ce début d’année a été un tournant avec la recette de la galette des rois vegan que vous avez dévorez !

Ce nouveau format a aussi convaincu de nombreuses marques qui souhaitaient être visibles au travers de mes réseaux et de mon travail. Je me suis donc montée en auto-entrepreneur pour répondre aux exigences fiscales françaises 😄. J’ai refusé beaucoup de propositions pour n’accepter que celles qui répondent à mon contenu et mes engagements. Je préfère travailler avec peu de marques qui sont sérieuses et de qualité que multiplier les partenariats qui ne sont pas en accord avec mes valeurs. La « pollution » d’un feed m’insupporte alors je serais gênée de faire ça avec le mien. De plus, j’aime travailler avec des marques qui ne sont pas présentes de partout et qui n’ont pas une communication agressive. Etant dans le domaine de la communication, je vous assure que beaucoup devraient se mettre à la place du consommateur.trice et arrêter d’inonder les réseaux de code promo à chaque dimanche ou jour férié !

Ce type de revenu m’offre l’avantage de tout simplement financer mon travail et c’est ce qui me permettra de continuer ma passion. J’envisage à termes de démissionner pour me consacrer pleinement à cette activité. Je suis encore loin de me rémunérer un SMIC mais l’avenir semble se dessiner et ça c’est une très bonne nouvelle pour moi bien sûr, comme pour vous ! Je vous en avais parlé régulièrement sur les réseaux sociaux mais même si, de base, je ne fais pas ça pour gagner ma vie, je n’aurais pas pu continuer ainsi avec un rythme aussi soutenu sans que ça soit rentable.

blog recette vegan
Photo sous licence Envato Elements – Ne pas dupliquer

Transformer sa passion en un métier :

Depuis l’idée du gîte, j’ai appris à me connaître sans me juger et sans m’imposer un métier qui ne me convient pas. J’ai travaillé sur ma timidité (un manque de compétences sociales qui peut s’améliorer. Les timides ont peur d’être humilié.e.s, iels ont honte, et sont mal à l’aise en société) en prenant confiance en moi mais je reste profondément introvertie (besoin de se ressourcer dans le calme après la tempête des échanges avec les autres. Un.e introverti.e peut être très bien dans sa peau. Iel n’a pas toujours envie d’être en société).

Beaucoup de cadres ne me seraient pas agréables (contact avec de la clientèle, collègues avec lesquels je ne m’entends pas…). C’est un trait de caractère que j’accepte volontiers mais on est dans une société qui te force à te conditionner à un certain cadre de travail. Savoir que je peux vivre de ma passion sans m’imposer une pression sociale, c’est quelque chose qui me touche d’autant plus !

Ce serait un énorme rêve que de continuer les vidéos, vous transmettre des recettes, vous donner des conseils et vous apporter un maximum pour devenir vegan. J’ai vraiment une liste d’idées plein la tête et qu’est-ce que j’aimerais vous partager encore tout ça !

De plus, je ne veux pas faire de teaser à la noix mais je réfléchis actuellement à un deuxième projet pro à côté qui pourrait grandement vous intéresser ! La suite certainement en septembre 😊.

Merci de me soutenir, de m’aimer comme je suis et de m’encourager à continuer. Sans votre soutien, tout ça serait fini depuis bien longtemps.

J’espère que cet article un peu « à livre ouvert » vous aura intéressé et que vous aurez un petit mieux compris l’histoire de La petite Okara et surtout son futur (même si je ne dévoile pas tout 😊).

N’hésitez pas à me parler en commentaires de votre vie professionnelle. Est-ce que celle-ci est en accord avec votre caractère, votre éthique, vos rêves ? Est-ce que vous aimeriez tout lâcher pour créer quelque chose qui vous convienne parfaitement ? Ce sujet me passionne. On passe quand même une énorme partie de sa vie à travailler alors autant que ça soit agréable !

10 comments

  1. C’est super important de faire un métier qu’on aime! On aimerait tout quitter et aller ouvrir un éco lodge en Côte d’Ivoire (mon pays d’origine) et en attendant je bosse à la maison en tant que couturière et je m occupe a temps plein de nos 2 enfants ! C’est vraiment pas facile tous les jours mais on a rien sans rien!! Bon et il faut nous en dire plus sur ce projet en septembre

    1. Quel courage ! J’espère que ce projet d’éco lodge en Côte d’Ivoir verra le jour !! Je te le souhaite.

      Normalement en mi-août je pourrais vous en dire plus, mais là c’est la mise en place :).

  2. Je te souhaite beaucoup de courage pour ta microentreprise. Moi aussi, je travaille avec ce statut, depuis juste un an (je suis traductrice) et c’est pas facile de devenir rentable (en même temps, c’est mercredi, il est 15h et je suis pas en train de bosser…). Mais c’est quand même moins dur pour le moral quand on fait quelque chose qui nous plaît, c’est indéniable. Je touche du bois pour que tu puisses vivre pleinement de ton activité de bloggeuse (et de ce deuxième projet qui arrive), parce que j’adore te suivre et regarder tes vidéos. Merci pour ton travail (et merci à Lisa aussi, vu que vous vous entraidez) !

    1. Je te souhaite aussi de pouvoir être rentable avec ton travail de traductrice. C’est sûr que c’est pas toujours simple mais faire quelque chose qu’on aime et être notre propre patron.ne c’est le gros avantage !

  3. Salut la petite okara

    J’aimerais tellement pouvoir vivre de ce que j’aime comme toi tu le fais, c’est mon dilemme le plus important qui m’a mené vers la dépression… Je ne sais pas si un jour je réaliserais ce rêve qui est si capital pourtant.
    Je travaille actuellement en tant qu’assistante dans une entreprise pharma, j’ai de bonnes conditions de travail un bon salaire etc mais ça ne m’épanouie pas du tout c’est répétitif et monotone… Mais on a tendance à rechercher la sécurité d’un travail comme celui là plutôt que de se jeter dans le vide, on sait ce qu’on perd on ne sait pas ce qu’on peut avoir..
    J’aimerais tellement travailler dans une assos pour les animaux, voyager, ouvrir un food truck vegan mais j’ai l’impression que c’est une utopie.

    Merci pour ton témoignage et longue vie à ta chaîne ! J’ai hâte de tester ta recette de brioche

    1. Hello Alicia,

      Si c’est un métier qui ne te convient pas, tu peux tout à fait réfléchir à mettre en place ce food truck vegan en parallèle. Regarder ce que tu peux mettre en place pour atteindre ce rêve : emprunt, communication, matériel… Concentre toi déjà sur un projet à la fois. Ça va être difficile de travailler pour une association et de voyager et d’ouvrir un food truck. Quand on se met un objectif précis à la fois, y’a plus de chance que ça se concrétise que plein d’idées qui ne sont pas forcément compatibles dans l’immédiat.

      Bonne chance à toi !!

  4. Coucou Marion, merci de partage ton parcours, c’est très motivant 🙂 je suis heureuse que ça se présente de mieux en mieux pour toi !
    De mon côté, je suis actuellement chargée d’étude en bureau d’étude HQE, cela fait presque 10 ans que je fais ce job, et je me suis rendue compte il y a quelques années que le stress qu’il engendre est destructeur chez moi. J’ai donc pensé ouvrir un food truck vegan, j’ai commencé à suivre les formations obligatoires, fait un essai en resto, pour me rendre compte que ça ne me conviendrait pas non plus : on n’a pas vraiment le temps de créer, il faut produire vite, alors que ce que j’aime en cuisine c’est vraiment la création et l’optimisation d’une recette.
    Au fil d’autres formations sur des suets qui m’intéressaient, j’ai eu l’occasion de découvrir la géobiologie, qui ma tout de suite beaucoup plue. Je suis donc en train de me former, et je compte passer à temps partiel pour commencer à me lancer en tant que geobiologue.
    Je te fais une bise, j’espère qu’on aura l’occasion de se croiser un jour, ça me plairait bien de discuter de vive voix avec toi !

    1. Hello Claire,

      Quel parcours ! Quand ils sont semés d’embûches c’est encore mieux ;). Comme toi la restauration ne me conviendrait pas. Je préfère prendre le temps d’élaborer des recettes plutôt que de produire en quantité toujours les mêmes.

      Bise à toi et j’espère aussi qu’on pourra se croiser 🙂 Normalement, je vais à la veggie world de Paris en octobre, si tu es du coin sait-on jamais.

  5. Bonjour,

    J’étais une très grande timide avant de prendre mon envol pour la région parisienne. Désormais, je ne peux pas dire que je suis soignée à 100% mais cela va mieux (je peux aller acheter mon pain faire mes courses entrer dans une boutique) , toujours réservée et introvertie. Je me sens mal à l’aise en groupe.
    Je n’aime pas spécialement mon job, il faut bien gagner les croquettes comme je dis à mes matous 😀
    Enfant je voulais être vétérinaire, les animaux sont tout pour moi. Arrivée au collègue, avant le BAC, on avait un rdv avec un conseiller d’orientation. Même si au fond de moi je savais que je ne pourrais pas être vétérinaire (pas assez bonne en maths, physique et biologie, pourtant je travaillais….) il s’est moqué de moi.
    Je me suis orientée vers un BAC dans un lycée agricole (que je regrette fortement j’étais mal entourée de tous ces futurs assassins) parce que je voulais travailler à la base aurpès des chevaux. Mais c’est un milieu fermé. Cela m’a permis de monter à cheval de les cotoyer, par contre j’avais mal pour ces pauvres chevaux pas forcément mal soignes mais quand même au niveau logement ce n’était pas l’idéal et les heures à tourner en rond dans le manège. J’étais donc partagée…
    Au final je suis secrétaire médicale, faut bien travailler, salaire convenable, mais je ne me plait pas plus que cela. J’aimerai changer sans savoir vraiment quoi faire. Travailler avec les animaux !? Dilemme…surtout si je veux garder +/- le même salaire….
    Si je gagne au loto ce serait lancer ma boutique de produits véganes, cosmétiques bio et véganes avec des ateliers slow cosmétique 😀

    1. Hello,

      Alors ça c’est tout le problème de l’orientation quand on est ados. Difficile de trouver ce qui nous fera vraiment vibrer lorsqu’on sera adulte ! Et je comprends que ton éthique soit passée par là.
      Et tu gères bien le fait d’être en contact avec la clientèle étant quand même une grande timide de base ? Ça ne doit pas être simple ces sollicitations quotidiennes.

      J’espère que tu trouveras une voie qui te convient mieux, vraiment. La boutique me fait rêver !
      Bonne journée

Laisser un commentaire