Loading
Véganisme : répondre aux remarques de l'entourage

Véganisme : répondre aux remarques de l’entourage

Hello les végens,

Cet article devait à la base être une vidéo et puis, en l’écrivant je me suis rendue compte que cela rendait mieux en simple lecture. J’ai formulé ce thème sous forme de « fiction » même si bien sûr les arguments et les chiffres sont bien réels !

Je reviendrais à l’écrit vous parler des remarques sur la santé (carences, protéines, B12…). Et dans une vidéo, je vous parlerais du problème avec les sous-produits animaux : miel, lait, oeufs et pareil pour la laine, le cuir, etc.

Je me prête ici à l’exercice en apportant des éléments de réponses mais libre à vous de couper court à la discussion surtout au moment des fêtes où la situation peut vite devenir anxiogène. De plus, distinguez toujours les remarques agressives ou moqueuses des véritables interrogations.

Pour plus d’informations sur comment gérer sa prise de conscience vegan, c’est par ici.

Prêt.e ? Allez ! N’hésitez pas à me laisser un commentaire après la lecture, je réponds toujours.

Temps de lecture : 8-9 minutes

La magie de Noël

Ah la magie de Noël ! C’est le jour J, t’as mis ta plus belle veste de friperie, t’as fait, entre autres, tes gravlax de carottes et ton pâté de lentilles pour partager le repas avec toute la famille. Tu entres dans la salle à manger de ton frère, il y a tes oncles, tantes, neveux, cousines qui sont là et que tu ne vois qu’une fois par an. Comme cette année tu as décidé de devenir vegan au mois de mars, tu ne les as pas revus depuis. Donc, c’est l’incompréhension quand ils voient que tu refuses tout ce que tu mangeais pourtant auparavant.

Et tout va commencer avec un « Mais, pourquoi ? », lancé part ta cousine, comme pour souligner que cette décision est vraiment difficile à comprendre. Tu te souviens de tes propres motivations et tu fais court.

« Pour les animaux. »

Il y a aussi la question écologique qui rentre en compte mais c’est seulement l’apéritif. Tu préfères rester concis car ils se sont déjà jetés sur le foie gras.

Photo sous licence Envato Elements – Ne pas dupliquer

Soudainement, ton oncle Didier est dans un mood à vouloir piquer et il balance « Ouais mais faut d’abord s’occuper des humains ». Ça c’est typiquement une réaction de défense de la part de quelqu’un qui ne fait lui-même pas grand-chose pour les humains si tu veux tout savoir. Il souhaite détourner l’attention car c’est un sujet qui lui provoque de l’inconfort. C’est le moment, pour toi, d’expliquer que notre champ de compassion peut être large et qu’on peut avoir de l’empathie pour les animaux humains et les animaux non humains.

Didier prend tes propos alors très à cœur et s’intéresse à la souffrance des végétaux « oui mais les plantes elles souffrent ». Le fameux cri de la carotte. Et t’as eu envie d’y répondre sérieusement :

« Il y a quelque chose chez les plantes qui est exceptionnel c’est qu’elles peuvent se reconstruire. Elles vont remplacer l’élément manquant par une autre tige, une autre feuille. Donc, une plante perçoit l’état et l’altération de son intégrité. Elles ont aussi une sensibilité et la capacité de réagir à leur environnement. Mais comme elles n’ont pas de nocicepteurs, ni de système nerveux central, elles ne perçoivent pas, jusqu’à peut-être preuve du contraire, la douleur.

Et il faut savoir que manger directement des végétaux causera toujours moins de dommages que de manger des animaux sentients qui ont été tués et qui ont dû eux-même manger énormément de plantes. »

A ce moment-là, t’as déjà donné beaucoup de ta personne. Tonton Didier est parti pendant ton discours lorsque tu as employé le mot « nocicepteurs ». Et tranquillement, ton cousin décide de continuer le débat en se rappelant de la question du soja « Oui mais le soja OGM qui déforeste l’Amazonie, bah merci les véganes ». Tu bois une gorgée de champagne et tu t’exprimes : « Excuse-moi mais tu confonds Edgard, car en fait 63 % de la déforestation en Amazonie est directement causé par l’élevage. Il y a des pans entiers de forêt qui sont rasés pour installer des élevages bovins et des cultures de soja OGM sont plantées dans le but de nourrir les animaux dits d’élevage. Le petit tofu que les véganes achètent en magasin bio est sans OGM et surtout il est soit français, soit européen. »

En plein milieu de cette discussion épineuse, il y a ta tante qui te tend le plateau de St Jacques et qui te demande « Et ça t’as le droit ? ». Tu rappelles alors à Éliane, que tu as le droit à tout parce que le véganisme n’est pas une secte. Mais tu refuses gentiment et poliment l’offre.

Toujours son plateau à la main, elle te lance un « C’est extrême ! ». Tu dis que pour toi si être extrême c’est de considérer les animaux comme des individus qui ont le droit de vivre sans être exploités alors tu veux bien être extrême, oui. Comme tu es à l’aise, tu poursuis en disant que ce que tu trouves extrême c’est de tuer 3 millions d’animaux chaque jour en France sans qu’il y ait de nécessité absolue car on peut se nourrir autrement ! Là t’as pas mis l’ambiance.

«  Mais même pas une petite exception ? 

– Non car je suis extrême !  » 

Photo sous licence Envato Elements – Ne pas dupliquer

Tu te lèves, petite pause. Tu vas au wc scroller ton feed Insta, tu likes la dernière photo de La petite Okara (😜) et tu reviens le sourire aux lèvres, parce qu’il ne faudrait quand même pas faire croire que t’es un peu deg’ de cette situation familiale. Même si présentement, t’as juste envie de te caler devant la saison 2 de The End Of The F***king World ! Tu parles d’autres choses, tu demandes à Margaux si ses études se passent bien. Tu demandes à ta sœur de te passer le pain. C’est vegan le pain.

Et là ta sœur vient de se rappeler que tu as un portable et que ce n’est pas le produit le plus éthique du monde. Donc, elle cherche à pointer du doigt tes propres incohérences. Tu rappelles que tu es humain et que par définition tu es imparfait, que t’essaies de faire au mieux et qu’en fait tu n’es pas là pour les juger mais que comme ils te posent des questions tu réponds sincèrement.

Ton neveu, en pleine période de rébellion adolescente, a envie d’apaiser la situation et lance un « Ouais bref, chacun fait ce qu’il veut ». Donc, là tu souris gentiment car ça part d’une bonne intention. Mais au fond de toi tu te dis que oui, on est libre aujourd’hui de manger des animaux ou non, mais ne dit-on pas que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres et qu’on porte justement grandement atteinte à l’intégrité physique de l’animal lorsqu’on le mange.

Et là, alors que tu le pensais un peu dans ton camp et que tu n’avais même pas révélé le fond de ta pensée, il dit clairement que, pour lui, c’est une mode de toute façon.

Arghhhhhh !

Tu rétorques :  » Le véganisme va avoir un parcours évolutif dans les années à venir et il y a trop d’enjeux éthiques et écologiques pour que ce soit passager. Allez, stp Emile, retourne sur Tik Tok, hein. Ça c’est une mode et ça ne va certainement pas changer le monde.  »

T’as fait rire la famille. Tu marques un point. Hourra !

Tonton Didier revient à la charge après avoir décortiqué et mangé sa crevette : « Tu passes à côté de quelque chose franchement, la viande c’est trop bon. Je ne pourrais pas faire comme toi. 

– Tonton, je suis vegan depuis même pas 1 an, bien sûr que je sais que c’est bon, je connais. J’ai juste décidé d’arrêter car c’est seulement un plaisir gustatif qui cause beaucoup de dommages. 

Mais les inuits doivent manger de la viande pour survivre !

– Tout à fait, les inuits n’ont pas la possibilité de cultiver des végétaux en pleine terre, donc ils ont besoin de chasser et pêcher pour survivre. Mais pour le coup il n’y a pas vraiment de rapport avec notre situation en France. 

Ouais mais t’as pas peur que la France perde son patrimoine gastro’ si on végétalise tout ? 

Je t’assure que la cuisine végétale est goûtue et créative, tiens goûte à ça ! « 

*scrunch scrunch*

Il acquiesce.

 » Tu vois ! Par contre, la France est très à la traîne contrairement à d’autres pays. Donc, je dirais plutôt qu’elle va perdre sa réputation culinaire si elle continue à ignorer la cuisine végétale. 

En tout cas, ça va être compliqué de te faire à manger maintenant ! 

– Tu connais le riz, la sauce tomate et la salade de lentilles ? Bah voilà. T’as pas besoin de t’entraîner à faire une pâte à chou vegan à chaque fois que je viens chez toi, Didier ! 

– Moi je suis sûr que j’y arriverais !» dit-il.

Photo sous licence Envato Elements – Ne pas dupliquer

Ta tante découpe la dinde, se sert une part, se met à côté de toi et te dis que si elle n’en mange pas, la dinde sera morte pour rien. Tu lui expliques qu’elle n’est pas obligée de participer à ça. Que si elle n’achète pas, elle ne cautionne pas et que ça n’encouragera pas sa mort. Plus ça va plus, plus ça lui coupe l’appétit. Tu lui sers des pommes noisette.

Ce qu’elle a dû mal à comprendre c’est que l’homme est carnivore et qu’il a toujours mangé de la viande. Alors tu lui dis gentiment que l’homme est omnivore et que ce n’est pas parce qu’on peut manger de tout qu’on doit le faire ! Et qu’au même titre ce n’est pas parce qu’on a toujours fait quelque chose qu’on doit continuer à le faire. Les sociétés ont toujours évolué. Il y a beaucoup de choses qu’on ne fait plus comme au 19 e siècle, ni même comme il y a 30 ans.

Ça se tient. Elle commence à trouver la démarche moins extrême et n’a jamais autant apprécié les pommes noisette.

Ta nièce qui a environ le même âge que toi te dit que, pour elle, les animaux sont là pour ça. Alors que tu commençais à te relaxer, t’es sous le choc. Y’a tellement de choses à revoir ! Comment lui dire que les animaux ne sont pas là pour qu’on tire profit d’eux, qu’ils peuvent aspirer à une vie tranquille sans se faire castrer, broyer, égorger ou encore électrocuter. Cet anthropocentrisme te sort par les narines.

Te voyant dans la lune, elle continue dans cette logique de domination et te dit qu’on est au sommet de la chaîne alimentaire et que c’est naturel de manger de la viande. Cette fois-ci tu décides de dire les choses avec fermeté :

« Il n’y a personne qui peut être au sommet d’une chaîne, ce n’est pas une pyramide, et l’humain n’est même pas le dernier maillon de la chaîne, il est plutôt au niveau de l’anchois. Et oui ! Et quand tu achètes ta barquette de viande au supermarché, ou chez le boucher peu importe, est-ce que tu as l’impression d’être un grand prédateur ? Beaucoup de personnes seraient incapables de tuer eux-même les animaux qu’ils veulent consommer. Et si on y réfléchit bien, manger de la viande c’est surtout culturel car la consommation carnée dépend des cultures. En Inde, on ne mange pas de vache et une belle partie de la population est végétarienne. En France, on ne mange pas de chiens. En Asie, on consomme très peu de produits laitiers. Il y a aussi les médias, la pub et les lobbys qui ont conforté l’idée que c’était nécessaire à notre développement. »

Elle ne sait quoi répondre et part discuter avec Emile, le neveu, qu’elle trouve plus sympa que toi. 

Photo sous licence Envato Elements – Ne pas dupliquer

Tu t’assois sur le canapé afin de digérer tes paupiettes de seitan parce que le gluten ça colle un peu et tu démarres une discussion intéressante avec ta cousine qui fait attention à consommer de la viande « de bonne qualité » comme elle dit.

Elle diminue de plus en plus, et pour elle il suffit de manger local, circuit court et de qualité. Elle souhaite soutenir les pêcheurs, éleveurs et affirme que l’élevage est important pour préserver les paysages. Elle se demande aussi ce qu’il adviendra des animaux d’élevage si on arrête de les manger. Vont-ils nous envahir ou disparaître ?

C’est la première fois pendant ce repas que tu sens une réelle volonté de bien faire. Alors tu l’encourages car c’est déjà une très bonne décision que de diminuer sa consommation de produits animaux. Et tu enchaînes :

« Que ce soit une petite production locale ou de l’élevage intensif la finalité est la même pour les animaux. Leur mort est prématurée et violente. La plupart des poulets de chair sont abattus au bout de 35 jours alors qu’ils peuvent vivre 10 ans. Ensuite, les éleveurs sont tributaires du prix de marché et peu arrivent à joindre les deux bouts. Le système capitaliste impose ses règles qui dessert de nombreuses professions. Il y a des reconversions possibles, l’urgence est à l’accompagnement mais peu de choses sont mises en place aujourd’hui pour leur permettre de faire une transition vers un mode de culture végétal. Pour la pêche, les poissons agonisent et suffoquent en silence pendant de longues heures. De plus, cette pratique est un vrai désastre écologique. On sait, par exemple, que l’Océan est le premier régulateur du climat et que 70 % des déchets en plastiques laissés en mer sont des filets de pêche. Il faut arrêter ça. Après, ce qu’il adviendra des animaux d’élevage si on arrête de les exploiter c’est simple en fait. Si on stoppe de les inséminer artificiellement, ils seront très vite bien moins nombreux et on peut aussi trouver un moyen de cohabiter ensemble comme avec les chiens et les chats. Les refuges pour animaux de ferme existent et tout ça est possible à partir du moment où on revoie notre façon de les considérer. »

Léa t’a écoutée mais c’est un peu trop à accueillir comme infos. Elle souhaite faire ses propres recherches.

Heureusement pour le dessert ton frère a eu une super attention et a commandé chez VG pâtisserie la meilleure bûche vegan de Paris !

Tu as l’honneur de couper cette magnifique bûche, tu sers la famille et là silence. Ils n’en reviennent pas, tellement c’est bon.

Didier s’exclame « l’année prochaine c’est repas vegan pour tout le monde si c’est aussi bon que ça ! ». Tu ne sais pas s’il était sérieux mais tu te dis qu’une bûche vegan vaut mieux que mille mots. Si tu avais su, tu aurais servi le dessert dés l’apéro !

FIN

Sources :

https://www.lenouvelliste.ch/articles/monde/environnement-la-peche-provoque-plus-des-deux-tiers-des-gros-dechets-plastiques-en-mer-786017

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/pollution/le-g7-s-attaque-aux-equipements-de-peche-perdus-en-mer_127804

http://www.slate.fr/story/157159/cri-carotte-vegetariens-plantes-douleur

https://sciencepost.fr/plantes-peuvent-ressentir-douleur/

https://www.viande.info/elevage-viande-gaz-effet-serre

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201312041022711244-lhomme-au-meme-niveau-que-lanchois-dans-la-chaine-alimentaire-etude/

64 comments

  1. Merci, merci du fond du coeur pour cet article. L’argument de la viande de qualité, je l’avais il y a quelques années mais c’était juste pour me voiler la face. Anyway, maintenant, je suis vegan à 95% et je ne désespère pas de finir par tout remplacer en vegan!
    J’ai trouvé un super faux mage qui fond sur les pizzas, moulin du Pivert ont fait des gâteaux gourmands. Il me reste plus que les ravioles de roman à trouver en vegan ou à faire moi même (grosse flemme!)

    Merci pour tout ce que tu fais,
    Je te souhaite de joyeuses fêtes (on est en novembre et alors?)
    Noémie

    1. Merci Noémie ! Un grand bravo pour ton parcours. Je cherche aussi des ravioles !! Je pense qu’il va falloir que les industriels s’y mettent car c’est si fin qu’il est impossible de les faire soi-même ☹️

  2. J’adore. Merci beaucoup ! Par contre je ne sais pas si j’aurai le courage de répéter tes propos. Je vais faire un exposé de ton article à l’apéritif, je serai tranquille après. Encore merci, c’est très bien écrit, avec légèreté.

    1. Le truc c’est que je devais être à la fois concise et complète alors c’était duuuur. Mais pour les végétaux si tu dis qu’ils n’ont pas de système nerveux central ça peut suffire ^^.

  3. Tu fais un boulot exceptionnel ! Continue, ne te laisse pas arrêter par quelques commentaires malveillants. Tes recettes sont excellentes, eg toutes tes prises de position bien documentée, bien écrite, avec de l’humour et le bon mot. Vraiment, merci, tu es une source d’inspiration

  4. Merci pour ce condensé d’histoire déjà vécue, tout y est ! Je me sens un peu moins extrême et mieux préparée à affronter ces repas en famille❤

  5. Merci pour ce bel article ! J’en ai ras le bol de toujours me faire agressé ou insulté… par ma belle famille. c’est vraiment usant ! En plus du veganisme j’ai ajouté école à la maison haha alors je m’en prend pleiiiinnn! Bref j’ai de nouveaux arguments sous la main!!!

  6. J’adore!!! Merci pour ce bel article qui me sera fort indispensable pour mon prochain réveillon en famille, très viandarde malheureusement… je relirai ton article le jour J pour bien avoir tout en tête et leur balancer tout ça pendant le repas!!!

  7. MERCI! L’article est très agréable à lire et vaut bien une vidéo. J’aime beaucoup cette nouvelle forme. C’est une très bonne idée d’avoir choisi de raconter une histoire. Les arguments arrivent à point nommé et on ballaie beaucoup de questions qui pourraient être posées. Hâte de lire les prochaines articles. Très bon week-end 🙂

    1. Merci Alia, ça me touche beaucoup tout ce que tu dis. Je trouvais que c’était mieux ficelé comme ça car c’est tellement compliqué de tou.te.s vous conseiller tellement les situations familiales sont diverses et complexes. Là ça m’a permis de me mettre vraiment dans une situation réaliste. Et on se rend compte qu’il y a souvent des choses qu’on pense tout bas sans dire pour ne pas heurter…

  8. Cc merci pour cet article pour ma part c est les collègues de travail qui ont un rituel tous les vendredis d amener des viennoiseries….et de me tendre le sachet en me disant « ah ben oui tu n en manges pas » ou  » on t’en propose pas ? » Ou t es pas trop carencée le fait d être végétalienne ? Ou « donc si tu ne manges pas de protéines animales, tu manges quoi ? , Ça me saoule car c est en boucle….j ai mes arguments…mais elles abordent a chaque fois le sujet…. bientôt ça sera les conversations sur leurs repas de Noël….j ai vraiment du mal à garder mon calme …..autre exemple je me suis acheté des dr Martens vegan que je porte avec fierté ….donc j ai eu droit à une réflexion comme quoi je préférais avoir du plastique et du pétrole aux pieds …pour le même prix j aurai pu prendre un bon cuir mais punaise ….en parlant poliment…..ayant du caractère je reste ferme et déterminée….et pour rien au monde je ne remangerai des protéines animales, plus jamais….et non a la souffrance animale quelqu elle soit parce que chaque vie compte merci pour tes vidéos que je suis assidûment j espère qu un jour l humanité prendra conscience que manger des animaux n est pas un droit , ni un besoin, mais une habitude que l on a prise ….bon désolée pour ce texte a rallonge ….bonne soirée

    1. Merci à toi pour ton message ❤️ comme c’est lourd des fois, souvent, que ce soit les collègues, la famille et même parfois les « ami.e.s ». Ils devraient changer de disque sérieusement. Bravo pour ton cheminement, tu as tout mon soutien ❤️

  9. Bonjour Marion, article très bien écris et inspirant , je reçois ma famille pour noël , c’est un vrai casse tête pour cuisiner. Pâté végétal, houmous, fromage à tartiner aux épices … Alors ils me disent, oh, c’est bon! C’est toi qui l’a fait? Et comment tu fais ça, je ne connais pas….donc j’explique, je donne mes sources utube, toi, Eva, Mélanie … Ils paraissent intéressés , je suis contente.
    Le repas se passe, plat classique, je ne sais plus se qu’on avait cuisiné, le fromage passe à table, du vrai, ya des anciens, et là!!!! Oh, c’est trop bon! Je ne pourrais pas m’en passer , avec un regard vers toi et à ce moment-là , je désespère.
    Excuse moi , je n’écris pas aussi bien que toi, c’est juste pour essayer de t’expliquer que c’est difficile avec son entourage, je sais que tu le sais, mais j’en ai marre souvent d’être prise pour une extra terrestre ou écoutée et oubliée .
    Je suis pizzaiola, on a un petit commerce avec mon mari , lui fait les lasagnes et la paella moi pizzas et couscous. C’est à emporter et on est dans une région (Pau 64) de vieux et de traditions, ca me rend malade de connaître des gamins qui adorent les animaux et qui me demandent une pizza avec du jambon, et j’en passe.
    Bref, merci de m’avoir lu , merci pour ton travail qui fait du bien et je te souhaite , à toi et ton amie, sans oublier la petite, de bonnes fêtes.
    PS je suis vegan , dans cet environnement, depuis un peu plus de 3 ans.

    1. Je comprends cette situation. C’est pour ça que j’ai fait cet article sous forme de fiction car c’est tellement difficile de donner une recette magique pour vous tou.te.s. Les relations familiales sont très complexes. Moi aussi avec la mienne ce n’est pas toujours simple.
      Bonnes fêtes à toi et ton mari

  10. Bravo…..super texte. Et oui les fêtes arrivent..ce n’est pas les meilleurs moments pour nous. De mon côté je suis très peu à table et m’occupe des enfants..je joue avec eux. Ok pas bien ! Tu peux penser que c’est est une façon de fuire….non.pas du tout…cest que depuis tjs ..même avant d’être vege…je n’aime pas être assise et manger pdt des heures…pour moi cest une perte de temps…alors raison de plus qd tu vois des cadavres dans les assiettes…et du foie gras .
    Merci.pour tout et tes idées de recettes…je suis preneuse.
    Ah oui VICTOIRE…..mon beau-fils m’a demandé pour Noël un livre pour l’aider à ce changement alimentaire…explications…equilibre..recettes….suis contente de sa prise de conscience.
    Livre Matthieu Ricard « Pladoyer pour les animaux  » une mine d’or pour aider à argumenter et prendre conscience .
    Beau week-end à toi.

    1. Je l’ai adoré ce livre ! Une pépite. Je l’avais emprunté à la bibliothèque alors je ne m’en suis pas resservie pour les arguments, j’ai tout fait avec différentes sources internet.
      Je suis du genre à aussi partir jouer avec les gosses je te rassure et vraiment c’était une fiction, prenez ce qui vous convient selon VOTRE personnalité, c’est le principal.

  11. Merci 🙂 vegane grâce à votre boulot à Lisa et toi depuis la découverte du blog et YouTube ( depuis juin 2019). J’étais déjà végétarienne et je n’arrivais pas à voir le désastre des produits issus des animaux ( laine, fromage ).
    J’ai hâte de voir la video à ce sujet !

  12. Article très bien fait Ça m’epuise déjà psychologiquement rien que d’y penser. Dans mon « malheur » je vis loin de ma famille et la plupart du temps je suis tranquille à Noël. Mais dès que je les rejoins… j’ai toujours droit à la question : « toujours vegane ? » et les classiques qu’on connaît et qui sont bien cités ici. En revanche une petite question, j’ai été étonnée du pourcentage donné sur les déchets plastiques laissés en mer (70%), je n’avais pas connaissance de cette info, je suis intéressée par la source si tu veux bien me la partager

    1. Oui tout à fait pour les sources, je ne les ai pas mises, je vais les rajouter dans l’article !

      https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/pollution/le-g7-s-attaque-aux-equipements-de-peche-perdus-en-mer_127804
      https://www.lenouvelliste.ch/articles/monde/environnement-la-peche-provoque-plus-des-deux-tiers-des-gros-dechets-plastiques-en-mer-786017

      J’ai été très étonné de ce chiffre aussi quand je l’ai découvert. Partagé à l’époque par « On est prêt » et je me suis dit que vraiment on se fichait un peu de nous avec les pailles (même si c’est un tout bien sûr).

  13. C’est précisément le genre d’articles dont on a besoin avant les Fêtes! Pas facile d’assumer ses convictions face à plusieurs personnes fermées d’esprit…
    Merci du fond du coeur!

  14. Bonjour Marion et merci pour cet article !
    Moi la dernière discussion de m**de qu’on m’a lancé à ce sujet c’est « mais pourquoi vous, les végétariens et vegans, vous utilisez les mêmes noms que les plats originaux ?! » (donc kebab vegan, burger vegan, bourguignon etc…).
    Qu’en gros c’est sûrement une histoire de marketing, que ça sert à quoi de copier, et que ça serait vachement mieux de trouver des noms exprès pour ces plats faisant partie de la tradition à base de viande, et pis qu’on n’a pas le droit de dire kebab vegan quand même, parce que kebab ça veut dire viande hâchée, et bla bla et bla bla…
    J’ai eu beau répondre poliment que pour moi c’est pas la dénomination qui compte mais ce qu’il y a dedans 😉 c’est parti en cacahuètes en deux-deux, à gerber 🙁
    Tu t’es déjà trouvée face à ce genre de remarques ?

    1. Bonjour Magdeleine,

      Oui justement pas plus tard que la semaine dernière mais virtuellement avec la vidéo « Seitan bourguignon » alors qu’en fait déjà Bourguignon vient du vin et de la Bourgogne donc c’est tout à fait correct.
      Après ce que je réponds c’est que pour faire comprendre ce qu’on cuisine, c’est bien d’utiliser ces mots connaît de tou.te.s. Pourquoi en inventer d’autres ? Tant qu’on dit que c’est vegan c’est okay pour moi !
      En tant que blogueuse/youtubeuse aussi en termes de référencement ça a tout son sens. Les internautes vont chercher « kebab vegan » pour trouver une recette et pas « seitan dans un pain avec sauce ».
      En plus, tu peux aussi leur dire que viande à la base désignait l’ensemble de la nourriture avant le 19e s donc quelque part c’est pas totalement déconnant !

  15. Merci pour ce chouette récit. Ça donne de la répartie. J’en manque souvent même avec plus de 3 ans de véganisme.
    En famille c’est vraiment source de tensions.
    Passez un beau Noël.

  16. Merci pour cet article, j’ai dû entendre toutes ces questions /réflexions au moins une fois… Dans 1 mois je fais les 15 ans de mon aînée, tout le monde sait que je suis végane, heureusement c’est ma famille proche, et ma belle mère a tenté un « si vous voulez on fait ça à la maison, y’aura plus de place !  » bien tenté belle maman, mais non merci, tu mangeras du rôti de seitan ce sera mon 1er repas vegan pour 10 personnes, no stress … Article à lire et relire pour enregistrer les réponses

    1. Merci Mary pour ton message. J’espère que l’anniversaire de ta fille se passera bien ! Ahah à mon avis elle sera bluffée par le rôti de seitan et tout va bien se passer. On croise les doigts. N’hésite pas à revenir donner des nouvelles quand ce sera passé. En tout cas très contente si mon article peut être utile ❤️

  17. Merci pour cet article. Ton travail est vraiment super !
    J’ai la chance d’avoir une mini-famille composée de ma mère et moi et elle a très vite accepté, sans tout partager.
    Elle qui faisait son propre foie-gras n’en a pas fait l’an dernier puisqu’elle ne voyait pas l’intérêt d’en manger seule… (Rire machiavélique)
    Cette année par contre, on passe le 25 décembre avec des ami·e·s à elle…
    Même s’iels sont plutôt sympas, je garde en tête les supers arguments que tu as développés.
    Merci encore ! 🙂

  18. Merci et bravo pour ton article!! J’ai la chance d’avoir une famille tolérante et pas jugeante comme certaines autres!
    Je suis en transition et c’est pas toujours simple quoiqu’il arrive! Bon j’ai toujours ma mère qui est un peu perplexe quand je lui dit au fait t’as pas oublié je ne mange plus de viande. La dernière foi elle m’a sortie ho à ton âge qd même faut que tu sois en bonne santé ! Ceci dit ils consomment avec mon père moins de viande qu’avant, la dernière fois je les ai invité et leur ai préparé une moussaka végétale avec des pst et bah ils ont trouvé ça très bon!!
    J’ai de la chance d’avoir un frère et une belle sœur très tolérants et sensibilisés à l’écologie!
    Bravo et encore merci!! ❤️

    1. Merci Audrey pour ton message ! C’est génial si ça se passe bien, profites en. Il peut y avoir des loupés de leur part alors leur montrer à ton tour que c’est possible de bien manger végétalien c’est une des meilleures façons pour qu’ils comprennent que ça va le faire !
      Bonne journée

  19. Ohh mille merci pour cet article !! Je te suis sur Youtube depuis plusieurs mois mais je découvre ton blog à peine aujourd’hui, j’ai de quoi faire pour rattraper mon retard ^^ Merci vraiment pour cet article ! C’est tellement pénible de devoir se justifier à chaque fois, alors qu’on ne demande rien aux personnes dites omnivores.. Bonne continuation, gros bisous 🙂

    1. Merci Katia ! Oui sur le blog je regroupe tout car il y a des recettes que je ne filme pas forcément, et des petits articles, même si je me consacre quand même plus à la vidéo aujourd’hui.

      Bonne semaine à toi, gros bisous

  20. Merci pour cet article ! Moi j’appréhende beaucoup… 2 ans que j’ai commencé mon changement d’alimentation. L’an dernier j’ai fais Noël chez mon copain, donc moins de questions ou reproches, les conversations sur le sujet ont coupé court. Cette année c’est chez moi, et je suis issue d’une famille…d’éleveurs (vaches et poulets) ! Autant mes parents, et notamment mon père qui a une ferme, essaient vraiment de comprendre et ne m’ont jamais jugé, ils trouvent même de plus en plus mes arguments entendables, ils adaptent leurs repas quand je suis là, mais alors mes grands parents, tantes, oncles et cousins ne comprennent pas du tout, et c’est limite gerable emotionnelement…
    Je t’avoue que mon seul espoir est d’avoir la grippe ce jour là et de pouvoir rester clouée au lit lol !

    1. Franchement dans ces cas là, le mieux est de ne pas te forcer et je ne te souhaite pas la grippe mais si vraiment c’est ingérable pour toi, il vaut peut-être mieux que tu n’y ailles pas.
      Sinon, parles à tes parents de la situation et demande leur spécifiquement leur soutien ce jour là. Le plus dur est de rester seul.e face aux critiques alors avec d’autres personnes qui te soutiennent c’est tout de suite plus facile.
      Je t’envoie tout mon soutien ❤️

  21. Merci pour le texte, je serai prêt pour affronter mes parents à Noël. Le texte est bien écrit et malheureusement vrai. Je suis végan depuis peu et la transition n’est pas simple tous les jours, pas au niveau de mon alimentation mais au niveau social.

    Merci encore 🙂

Laisser un commentaire