Loading

Pourquoi le gîte La petite Okara ferme…

Hello les végens,

Vous êtes déjà certainement au courant si vous nous suivez sur Instagram ou Facebook mais La petite Okara fermera en septembre. Ca n’a pas été une décision facile à prendre même si nous avons réagit rapidement.

Deux années de travaux, beaucoup d’investissements personnels et financiers, un rêve animé par ma passion de la cuisine… Qui aurait dit que nous allions arrêter ? Certainement pas moi. Et pourtant déjà lors de la Veggie World d’avril, les premiers signes de démotivation ont pointé le bout de leur nez. Deux semaines avant, nous hésitions déjà à tout abandonner. Mais après ce weekend, nous étions regonflées à bloc grâce à vos sourires et vos mots adorables qui nous ont poussé à finir en temps et en heure. On y croyait. Puis les réservations se sont ouvertes et rien. Deux mois se sont écoulés à attendre que le téléphone sonne. Au final, seulement une réservation en août. Certes, c’est le démarrage mais cela fait deux ans que nous communiquons sur l’ouverture de ce gîte alors ça nous a foutu un gros coup au moral. Même si ce n’est pas la raison qui nous a poussé à arrêter le gîte, ça y a quand même contribué.

Avec le recul, je sais que le gîte aurait pu être saturé après une année ou deux. Entre les 4 étoiles, notre présence sur veggiehotels et le bouche à oreille j’imagine bien qu’au bout d’un moment ça allait intéresser du monde !

Et puis, nous avons accueilli nos premiers hôtes. Des amis qui ont pu dormir une nuit dans le gîte et profiter d’un repas et d’un petit déjeuner. Même si nous les connaissions, je pense qu’ils ont été plutôt objectifs et ils semblaient vraiment ravis. Nous avons passé un super moment mais Lisa était fatiguée et sa fille aussi. Le lendemain il y avait école et à minuit elle ne dormait toujours pas car elle ne voulait pas aller se coucher. J’ai commencé à comprendre qu’il y avait quelque chose qui bloquait. Même si l’idée d’ouvrir ce gîte venait de moi, ça impliquait ma compagne et sa fille. Et c’est un des rares travail où toute la famille participe, même les plus petits. Lisa a déjà un travail assez prenant et même si j’avais l’intention de faire le plus de choses seule, elle m’aidait quand même et elle devait cumuler un double emploi. Déjà que nous ne profitions pas des weekends depuis deux ans, cette fois-ci ils allaient se résumer au ménage, aux courses et aux repas. Sa fille Roxane commençait à se plaindre de ne pas assez nous voir, de s’ennuyer… Alors que le démarrage est normalement synonyme d’excitation, ici c’était plutôt la désillusion.

En s’autorisant à fermer le gîte, ça a été la délivrance. Un sentiment de liberté s’est tout de suite installé. Il faut dire que nous n’avons pas besoin du gîte pour vivre alors forcément ça aide. D’ailleurs, sachez qu’il est très difficile de vivre des chambres d’hôtes/gîte. C’est beaucoup d’investissement et à moins d’avoir beaucoup de chambres et de ne faire que ça, ça reste peu rentable. On a tout de suite voulu partir, prendre l’air et réserver chez des gérants de chambres d’hôtes histoire de discuter un peu de notre situation. Le destin a fait que nous sommes tombées sur des hôtes adorables mais qui ont malgré tout conforté notre décision. Pour eux, il y a des bons moments dans cette activité mais les clients ingrats existent et ce sont généralement celleux qu’on retient le plus ! Et oui. Nous sommes très sensibles et c’est aussi ce qui me faisait peur. Entre les personnes irrespectueuses, celles qui salissent les draps de façons inimaginables, les clients qui mangent à toute vitesse sans apprécier le repas préparé pendant des heures… Je crois que je ne suis pas prête. J’ai pas fait ça pour souffrir, okay ;).

En conclusion, je crois sincèrement que c’est la bonne décision. Nous profitons déjà bien plus depuis une semaine ! Je vais travailler aux côtés de Lisa et peut-être qu’un jour j’aurais un petit restaurant dans notre village, mais rien n’est sûre vraiment. C’est juste un projet qui reste au coin de ma tête. En attendant, mes proches pourront toujours profiter de mes repas faits maison entièrement végétaliens :).

Excusez-nous pour toutes les personnes qui sont déçues mais n’oubliez pas que le blog et la chaîne YT continuent, que je vais continuer de vous partager mon livre et qu’il reste plein d’autres lieux de vacances. La vie continue et elle est trop courte pour ne pas en profiter ♥

sept quatre trois Nombre de vue total Nombre de vue aujourd\\\'hui

30 comments

  1. Coucou Marion et Lisa, vous avez suivi votre cœur et vous avez bien fait. C’est très courageux de prendre cette décision maintenant plutôt que de s’entêter et d’en souffrir. Et c’est vrai que j’imagine que ça ne doit pas être facile d’accueillir des personnes irrespectueuses (malheureusement, il y en aurait forcément eu) et quand je voyais vos si jolis aménagements pour le gîte (la déco, l’ameublement coûteux) je me disais « quel dommage, il risque d’y avoir des vols et des détériorations ». Là vous allez pouvoir préserver votre joli nid et en profiter :). Bref je suis contente pour vous et je vous souhaite beaucoup de bonheur à toutes les trois. Des bisous !

    1. Coucou Laura, C’est ça, nous ne voulions pas en souffrir. Nous avons imaginé la suite et les personnes irrespectueuses nous ont freinées. Merci pour ton adorable message et tu es bien sûr la bienvenue dans notre joli nid :). Bisous

  2. Mince alors ! Du coup, qu’allez-vous faire du logement que vous avez rénové ? Tu as pensé à faire une version plus « libre » des gîtes, comme ceux où on ne voit pas beaucoup les personnes et qu’on cuisine soi-même ?

    Bon courage dans tous les cas, j’espère quand même un jour avoir l’occasion de goûter ce que tu fais et/ou de vous rencontrer. 🙂

    Plein de bisous.

    1. Le gîte servira de chambres d’ami.e.s (ahah, quatre étoiles la chambre :D) et le salon pour le vidéo-projecteur. Il n’y que la cuisine finalement qui est un peu en trop.
      Oui ça aurait été possible de louer ça comme un gîte classique (c’est vrai que c’était un gîte un peu plus proche des chambres d’hôtes de part le service) mais nous partagions le terrain alors quoi qu’il en soit nous allions nous croiser souvent. Et sans les tables d’hôtes il n’y avait plus d’intérêts pour moi. C’est vraiment la cuisine que j’aime.
      Bien sûr que tu peux venir nous voir, je me ferais un plaisir de cuisiner pour toi <3
      Bisous

  3. Je vous souhaite plein de bonnes choses pour la suite, j’imagine que la décision n’a pas été facile, mais je suis sûre que de super choses arrivent derrière 🙂

    1. Merci Anne-So :), oui ça n’a pas été facile à prendre comme décision mais ça ne pouvait pas marcher sur le long terme. Bises

  4. La vie est faite d’imprévus. Il y a quand même des côtés positifs, comme tu le dis tu as des chambres d’ami.e.s qui déchirent maintenant mais surtout tu as acquis des compétences pour réaliser d’autres projets 😉 Je suis sûre que la vie vous réservent de belles surprises, vous êtes de magnifiques personnes, vous ne méritez pas moins. Je vous embrasse <3

  5. Je suis tres étonnée d’apprendre ca mais j’espère que ce n’est pas trop difficile pour toi intérieurement. Je vous souhaite plein de bonnes choses pour la suite et peu être à bientôt! Floriane (les Scandaleuses)

    1. Coucou Floriane, merci pour ton message :). Oui ça va bien même si ça me tenait à coeur, je suis contente de cette décision. A bientôt

  6. Oooh! C’est une sacrée décision a prendre… Vous avez eu du courage! 🙂 je suis quand même triste de l’apprendre… toute cette énergie à faire de ce lieu un lieu magique! (Et moi qui attendait le bon moment pour réserver… 🙁 ). Vous êtes superbes les filles. Bravo à vous et je croise les doigts pour toi pour un futur restaurant! 😉 Je vous embrasse

    1. Merci Angie, tu es adorable. Oui beaucoup d’énergie en effet pour ce gîte mais avec le recul nous savons aussi qu’il est assez fou de faire un lieu de vacances tout blanc et tout beau ^^. Les dégâts auraient été conséquents. Nous t’embrassons aussi. Bonne soirée

  7. Hello la team 🙂

    Je rejoins tout le monde en disant qu’il aura fallu du courage pour prendre une telle décision, surtout après autant d’investissement !
    Je ne vous cache pas que je suis très déçue car je pensais y réserver l’espace d’un weekend et découvrir les alentours..
    Mais votre situation me « parle » car mes beaux-parents ont également rénové une ancienne grange pour en faire un gîte. L’excitation et le stress étaient là lors de l’accueil de leurs premiers clients et tout s’est très bien passé. Ils ont également fait construire une piscine pour les hôtes et ont installé un jaccuzzi.
    C’est un « métier » qui prend énormément de temps car en effet, le temps passé à l’entretien des extérieurs, tout récurer, nettoyer, laver entre les passages de chaque hôte, c’est inimaginable ! Et en effet, certains rendront le gîte dans un état dégueulasse (ils s’en foutent c’est pas chez eux) et feront de même pour la piscine et le jaccuzzi… Mais à côté de ça, il existe de belles personnes qui ramènent des produits de chez eux et où l’échange est là !
    Bref, tout ce blabla pour dire qu’il faut aimer le contact, l’humain et que, si c’est fait à contre coeur, et/ou sans passion et/ou que cela avait trop « d’emprise » sur le reste de la famille, cela n’en vaut pas la peine…. 😉 (crois moi parfois je suis frustrée quand je vais chez eux, quand ils ne peuvent pas être dispo un samedi jour d’arrivée, laisser la piscine aux hôtes etc c’est égoïste, mais c’est comme ça que ça tourne ^^)

    Bravo à vous en tout cas pour avoir pu construire une petite annexe, en accord avec votre éthique, c’est magnifique <3

    Des bisous !

    1. Hello Sophie,

      Merci pour ton retour qui confirme notre décision ;). Difficile d’accueillir des client.e.s irrespectueux. Vraiment, j’aurais eu beaucoup de mal.
      Si, dés l’ouverture, l’envie n’était déjà plus présente, ça n’aurait pas pu continuer bien longtemps.

      Bravo à tes beaux-parents qui ont eu le courage de continuer leur gîte.

      Bisous

  8. Bonjour,
    Je découvre votre blog et l’histoire de La Petite Okara avec émerveillement. Quelle belle réalisation!
    C’est au cours d’un dîner végétalien que des amis nous ont parlé de votre projet. Mon compagnon et moi, évoquions notre désir de fêter l’anniversaire de notre rencontre, un 28 juillet, dans un restaurant vegan et dans la région charolaise, ça n’existe pas!
    Alors, accepteriez-vous de nous recevoir dans votre lieu pour un repas et aussi pour échanger sur des sujets qui, comme vous, nous tiennent à coeur?
    Nous sommes végétaliens depuis de nombreuses années, nous restaurons une ferme, nous avons un grand jardin qui nous procure les légumes, bio bien-sûr, pour l’année et nous avons des animaux dont deux ânes charmants!
    Et même si nous n’avons pas du tout le même âge, nous nous sentons proches de vous.
    Alors, peut-être à bientôt!

    1. Bonjour Dominique,

      Merci pour votre message. Malheureusement ça ne sera pas possible. Je suis navrée de répondre si tardivement. J’espère que vous trouverez un restaurant pour fêter l’anniversaire de votre rencontre.
      Il est vrai que nous avons beaucoup de points communs et qui sait peut-être à une prochaine fois.
      Bonne journée

  9. Ooooh non
    Juste quand je viens de vous découvrir sur Vegoresto….
    C’est dommage..ça m’aurait vraiment plu…sniff
    Vous allez reprendre après….?

  10. Bonjour, très déçue. Je n’ai pas eu le temps de réserver que tout s’arrête.. Bon courage pour la suite.. Vous en avez eu pour vous lancer dans cette aventure.. Affectueusement..

    1. Navrées de vous avoir déçue Claudia. Cela reste notre décision et nous sommes certaines qu’il s’agit de la bonne aujourd’hui.
      Bonne journée

  11. Oh mince je découvre ce post seulement aujourd’hui, je vous avez découvert à Veggie Lyon. Bon je suis à la fois navré et ravi pour vous car ça à l’air de vous avoir retiré un poid, et bravo c’est une décision très courageuse

Laissez un commentaire

X